«Je suis l’Elu»: Trump défend religieusement la guerre commerciale avec Pékin

«Je suis l’Elu»: Trump défend religieusement la guerre commerciale avec Pékin

Donald Trump a accordé mercredi de longues minutes à la presse, au cours desquelles le président américain n’a pas marché sur des oeufs en s’autoproclamant «l’Elu» dans la guerre commerciale avec la Chine.

«Ce n’est pas ma guerre commerciale. C’est une guerre commerciale qui aurait dû être menée il y a longtemps déjà par d’autres présidents», a déclaré, dans les jardins de la Maison Blanche, le dirigeant républicain, dont le conflit, à coups de taxes douanières mutuelles avec Pékin, s’enlise et risque de peser sur la croissance mondiale.

«Quelqu’un devait le faire», argumente-t-il alors à propos de sa stratégie commerciale.

Et d’un coup, l’ancien magnat de l’immobilier, vêtu de son traditionnel costume sombre, cravate rouge, lève la tête vers le ciel, les mains ouvertes, et lance: «Je suis l’Elu».

«The Chosen One»

Le président américain avait relayé un peu plus tôt sur Twitter les propos d’un commentateur de radio conservateur qui aurait affirmé à son égard: «Et les juifs en Israël l’adorent comme si c’était le roi d’Israël».

«The Chosen One», en version originale, est le surnom de l’une des personnalités américaines les plus célèbres, le joueur de basket-ball LeBron James, détracteur notoire de l’actuel président des Etats-Unis.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite