Les incendies en Amazonie, proies de la désinformation sur les réseaux sociaux (photos)

Les importants incendies en Amazonie qui ont été la première tendance mondiale sur Twitter mercredi sous le mot-dièse #PrayForAmazonas ont donné lieu à la publication de nombreuses images n’ayant aucun rapport avec les feux en question.

La hausse dramatique du nombre d’incendies en Amazonie brésilienne est avant tout causée par la progression de la déforestation, explique à l’AFP Paulo Moutinho, chercheur à l’Institut de recherche environnementale sur l’Amazonie (IPAM).

Le chercheur remet en cause l’argument du gouvernement du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui soutient que cette augmentation du nombre d’incendies est due à la sécheresse, habituelle en cette période de l’année.

► L’Amazonie fait face à de violents feux de forêt, Jair Bolsonaro accuse les ONG

Des fausses images circulent

Des internautes, y compris avec des comptes certifiés, ont publié des images anciennes ou prises loin du « poumon de la planète », parfois même loin du Brésil.

• L’image d’un singe enlaçant un bébé, apparemment mort brûlé, a été l’une des plus virales. Mais elle a été prise par le photographe indien Avinash Lodhi à Jabalpur.

• La photo d’un lapin calciné figure dans diverses publications mais cet animal lui non plus n’a pas été victime des feux de forêt en Amazonie. Il a été photographié alors qu’il fuyait les flammes à Woolsey, en Californie, en novembre 2018.

Incendies ravageurs

• Une photo sur laquelle on voit une forêt presque entièrement carbonisée avec en son milieu un arbre solitaire a bien été prise en Amazonie mais il ne s’agit pas des feux de forêt actuels.

Elle a été prise le 4 août 2017 par un photographe de l’agence Reuters, Bruno Kelly, pendant l’« Opération vague verte », un incendie contrôlé de l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables, l’Ibama.

• Une autre image montre une vaste forêt et de grandes colonnes de fumée. Mais la photographie date de 1989. L’acteur Jaden Smith, par exemple, l’a partagée mercredi sur son compte Instagram, où elle a eu plus de 1,2 million de « likes ». L’image a été prise par un photographe de Sipa Press et publiée par The Guardian en 2007 dans un supplément sur la déforestation en Amazonie.

June 1989, Brazil: The forest burns. The Amazon is the largest rainforest in the world and is home to 15% of the world’s known land-based plant species, and nearly 10% of the world’s mammals. It has as many as 300 species of tree in a single hectare.
Photograph: Sipa Press/Rex Features
June 1989, Brazil: The forest burns. The Amazon is the largest rainforest in the world and is home to 15% of the world’s known land-based plant species, and nearly 10% of the world’s mammals. It has as many as 300 species of tree in a single hectare. Photograph: Sipa Press/Rex Features

-> En juin 1989, au Brésil : la forêt brûle. L’Amazonie est la plus grande forêt tropicale humide du monde et abrite 15 % des espèces végétales terrestres connues dans le monde et près de 10 % des mammifères de la planète. Il y a jusqu’à 300 espèces d’arbres sur un seul hectare. Photographe : Sipa Press/Rex Features

• Une photo, prise au niveau du sol, où les flammes dévorent des arbres a été réalisée en Amazonie… mais le 22 novembre 2014. L’image a été prise dans l’Etat brésilien de Maranhao (nord-est) par le photographe Mario Tama, de l’agence Getty Images.

• Une autre image d’une forêt en feu a été prise par le photographe John McColgan le 6 août 2000 dans le Montana, aux Etats-Unis, dans la zone de la rivière Bitteroot. Deux élans tentent de fuir les flammes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite