Les incendies en Amazonie, proies de la désinformation sur les réseaux sociaux (photos)

Les importants incendies en Amazonie qui ont été la première tendance mondiale sur Twitter mercredi sous le mot-dièse #PrayForAmazonas ont donné lieu à la publication de nombreuses images n’ayant aucun rapport avec les feux en question.

La hausse dramatique du nombre d’incendies en Amazonie brésilienne est avant tout causée par la progression de la déforestation, explique à l’AFP Paulo Moutinho, chercheur à l’Institut de recherche environnementale sur l’Amazonie (IPAM).

Le chercheur remet en cause l’argument du gouvernement du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui soutient que cette augmentation du nombre d’incendies est due à la sécheresse, habituelle en cette période de l’année.

► L’Amazonie fait face à de violents feux de forêt, Jair Bolsonaro accuse les ONG

Des fausses images circulent

Des internautes, y compris avec des comptes certifiés, ont publié des images anciennes ou prises loin du « poumon de la planète », parfois même loin du Brésil.

• L’image d’un singe enlaçant un bébé, apparemment mort brûlé, a été l’une des plus virales. Mais elle a été prise par le photographe indien Avinash Lodhi à Jabalpur.

• La photo d’un lapin calciné figure dans diverses publications mais cet animal lui non plus n’a pas été victime des feux de forêt en Amazonie. Il a été photographié alors qu’il fuyait les flammes à Woolsey, en Californie, en novembre 2018.

Incendies ravageurs

• Une photo sur laquelle on voit une forêt presque entièrement carbonisée avec en son milieu un arbre solitaire a bien été prise en Amazonie mais il ne s’agit pas des feux de forêt actuels.

Elle a été prise le 4 août 2017 par un photographe de l’agence Reuters, Bruno Kelly, pendant l’« Opération vague verte », un incendie contrôlé de l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables, l’Ibama.

• Une autre image montre une vaste forêt et de grandes colonnes de fumée. Mais la photographie date de 1989. L’acteur Jaden Smith, par exemple, l’a partagée mercredi sur son compte Instagram, où elle a eu plus de 1,2 million de « likes ». L’image a été prise par un photographe de Sipa Press et publiée par The Guardian en 2007 dans un supplément sur la déforestation en Amazonie.

June 1989, Brazil: The forest burns. The Amazon is the largest rainforest in the world and is home to 15% of the world’s known land-based plant species, and nearly 10% of the world’s mammals. It has as many as 300 species of tree in a single hectare.
Photograph: Sipa Press/Rex Features
June 1989, Brazil: The forest burns. The Amazon is the largest rainforest in the world and is home to 15% of the world’s known land-based plant species, and nearly 10% of the world’s mammals. It has as many as 300 species of tree in a single hectare. Photograph: Sipa Press/Rex Features

-> En juin 1989, au Brésil : la forêt brûle. L’Amazonie est la plus grande forêt tropicale humide du monde et abrite 15 % des espèces végétales terrestres connues dans le monde et près de 10 % des mammifères de la planète. Il y a jusqu’à 300 espèces d’arbres sur un seul hectare. Photographe : Sipa Press/Rex Features

• Une photo, prise au niveau du sol, où les flammes dévorent des arbres a été réalisée en Amazonie… mais le 22 novembre 2014. L’image a été prise dans l’Etat brésilien de Maranhao (nord-est) par le photographe Mario Tama, de l’agence Getty Images.

• Une autre image d’une forêt en feu a été prise par le photographe John McColgan le 6 août 2000 dans le Montana, aux Etats-Unis, dans la zone de la rivière Bitteroot. Deux élans tentent de fuir les flammes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite