Accueil Monde Amériques

Les incendies en Amazonie, proies de la désinformation sur les réseaux sociaux (photos)

Des internautes, y compris avec des comptes certifiés, ont publié des images anciennes ou prises loin du « poumon de la planète », parfois même loin du Brésil.

Temps de lecture: 3 min

Les importants incendies en Amazonie qui ont été la première tendance mondiale sur Twitter mercredi sous le mot-dièse #PrayForAmazonas ont donné lieu à la publication de nombreuses images n’ayant aucun rapport avec les feux en question.

La hausse dramatique du nombre d’incendies en Amazonie brésilienne est avant tout causée par la progression de la déforestation, explique à l’AFP Paulo Moutinho, chercheur à l’Institut de recherche environnementale sur l’Amazonie (IPAM).

Le chercheur remet en cause l’argument du gouvernement du président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui soutient que cette augmentation du nombre d’incendies est due à la sécheresse, habituelle en cette période de l’année.

► L’Amazonie fait face à de violents feux de forêt, Jair Bolsonaro accuse les ONG

Des fausses images circulent

Des internautes, y compris avec des comptes certifiés, ont publié des images anciennes ou prises loin du « poumon de la planète », parfois même loin du Brésil.

• L’image d’un singe enlaçant un bébé, apparemment mort brûlé, a été l’une des plus virales. Mais elle a été prise par le photographe indien Avinash Lodhi à Jabalpur.

• La photo d’un lapin calciné figure dans diverses publications mais cet animal lui non plus n’a pas été victime des feux de forêt en Amazonie. Il a été photographié alors qu’il fuyait les flammes à Woolsey, en Californie, en novembre 2018.

Capture

Incendies ravageurs

• Une photo sur laquelle on voit une forêt presque entièrement carbonisée avec en son milieu un arbre solitaire a bien été prise en Amazonie mais il ne s’agit pas des feux de forêt actuels.

Elle a été prise le 4 août 2017 par un photographe de l’agence Reuters, Bruno Kelly, pendant l’« Opération vague verte », un incendie contrôlé de l’Institut brésilien de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables, l’Ibama.

jj

afp

• Une autre image montre une vaste forêt et de grandes colonnes de fumée. Mais la photographie date de 1989. L’acteur Jaden Smith, par exemple, l’a partagée mercredi sur son compte Instagram, où elle a eu plus de 1,2 million de « likes ». L’image a été prise par un photographe de Sipa Press et publiée par The Guardian en 2007 dans un supplément sur la déforestation en Amazonie.

gjyh

ins

June 1989, Brazil: The forest burns. The Amazon is the largest rainforest in the world and is home to 15% of the world’s known land-based plant species, and nearly 10% of the world’s mammals. It has as many as 300 species of tree in a single hectare.
Photograph: Sipa Press/Rex Features
June 1989, Brazil: The forest burns. The Amazon is the largest rainforest in the world and is home to 15% of the world’s known land-based plant species, and nearly 10% of the world’s mammals. It has as many as 300 species of tree in a single hectare. Photograph: Sipa Press/Rex Features

-> En juin 1989, au Brésil : la forêt brûle. L’Amazonie est la plus grande forêt tropicale humide du monde et abrite 15 % des espèces végétales terrestres connues dans le monde et près de 10 % des mammifères de la planète. Il y a jusqu’à 300 espèces d’arbres sur un seul hectare. Photographe : Sipa Press/Rex Features

• Une photo, prise au niveau du sol, où les flammes dévorent des arbres a été réalisée en Amazonie… mais le 22 novembre 2014. L’image a été prise dans l’Etat brésilien de Maranhao (nord-est) par le photographe Mario Tama, de l’agence Getty Images.

gh

• Une autre image d’une forêt en feu a été prise par le photographe John McColgan le 6 août 2000 dans le Montana, aux Etats-Unis, dans la zone de la rivière Bitteroot. Deux élans tentent de fuir les flammes.

ll

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Quin Jean-Michel, jeudi 22 août 2019, 8:22

    Peu importe quand les photos ont été prises,elles ne servent que d'illustration.La vérité est que la forêt amazonienne brule comme jamais

  • Posté par Guilleaume Robert, jeudi 22 août 2019, 18:44

    Très mauvais argument. Auriez-vous fait condamner Pol-Pot ou les génocidaires Tutsis ou Serbes en utilisant des photos de la Shoah ? Le premier avocaillon venu aurait hurlé à la manipulation et obtenu la relaxe. Avec comme conséquences que le public serait convaincu de leur innocence ou pire : de l'inexistence des faits. "Que des illustrations", dites-vous ? Mais en ces temps où les gens ne lisent plus guère dans les journaux, que les titres, les photos et leur légende, on ne peut pas tricher sur l'authenticité des images, sauf à courir le risque très dangereux de voir la cause de la défense de la nature taxée de "catastrophisme" ou d'exagération. Il y a suffisamment de faits et de preuves -notamment par l'image- des méfaits de la surexploitation de la Terre par les hommes sans devoir tricher pour convaincre le grand public.

  • Posté par Feller Xavier, jeudi 22 août 2019, 15:56

    Je ne suis pas d'accord, on ne peut utiliser du faux pour soutenir une cause aussi juste soit-elle au risque de la discréditer. Des énergumènes comme Bolsonaro utilisent ces erreurs à leur avantage et minimisent à outrance l'état de la situation actuelle.

Plus de commentaires

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une