Euro de hockey: les Red Lions se qualifient pour la finale après un incroyable match face à l'Allemagne (4-2)

La Belgique, championne du monde en titre et 2e nation mondiale, s’est qualifiée pour la finale de son Euro de hockey messieurs après s’être imposée 4-2 devant l’Allemagne (FIH-7) en demi-finale de la compétition, jeudi soir à Wilrijk. Pour sa 3e finale continentale de son histoire, la Belgique défiera samedi l’Espagne (FIH-9), qui plus tôt dans la soirée s’est imposée 4-3 face aux Pays-Bas, tenants du titre, dans la 1e demi-finale. Le vainqueur de ce duel sera automatiquement qualifié pour les prochains JO de Tokyo.

Dans un stade comble (7.500 personnes), la Belgique retrouvait un adversaire bien connu. L’Allemagne, octuple champion d’Europe, avait déjà croisé la route des hommes de Shane McLeod en demi-finales de l’Euro précédent à Amsterdam (victoire 2-0 aux shoot-outs), ainsi qu’en quart de finale des Mondiaux de Bhubaneswar, fin 2018 (succès 2-1).

Vincent Vanasch fut le premier des deux gardiens à être sollicité sur une suite de penalty corner (pc) bien contré par Victor Wegnez. La deuxième occasion franche revint à nouveau à la Mannshaft, également sur pc, mais le tip-in de Florian Fuchs sortit hors cadre. Les Red Lions prirent ensuite les commandes de la fin de période ainsi que le début de la suivante. Le 1er pc belge, tiré par Tom Boon, vint frapper le montant gauche du but défendu par Victor Aly (15e).

En tout début de 2e quart, après le sauvetage d’un stick allemand sur la ligne, le 2e pc belge, cette fois avec Loïck Luypaert au canon, trouva Aly lui-même (16e). Ce fut donc contre le cours du jeu que Christopher Rühr ouvrit le score de revers après une action menée par Mats Grambusch (21e).

La Belgique réagit immédiatement, mais le 3e pc, avec cette fois Alexander Hendrickx sur le terrain trouva à nouveau Aly (23e). Une erreur de placement dans la défense permit à Rühr de percer le long de la ’base line’. Sa tentative manquée trouva néanmoins Fuchs, qui n’eut aucune peine à tromper Vanasch (26e).

Des Red Lions renversants

Mal payés avec un score de 0-2 à la mi-temps, les champions du monde sont remontés sur le terrain en espérant imiter le réalisme de leur adversaire. Malgré une nette domination et deux pc, tirés hors cadre par Hendrickx, la balle ne tourna toujours pas pour la nation hôte. Vanasch intervint bien sur le 4e pc allemand, suivi d’un 5e où l’arbitre siffla un penalty stroke (41e). Ce fut sans compter sur l’oeil d’aigle du portier belge, qui demanda à raison la vidéo pour une main fautive sur le blocage du pc.

Dans la minute suivante, le match prit une autre tournure, avec la concrétisation du 6e pc belge par Tom Boon d’un sleep à plat (42e). Cette réduction du score réveilla le stade tout entier et permit aux Red Lions de s’appuyer enfin sur leur douzième homme. Alors que Vanasch continua ses prouesses sur pc adverse, Nicolas De Kerpel libéra son équipe au bout d’une phase confuse sur la suite du 8e pc belge (53e). L’Allemagne vacilla, et Wegnez en profita pour l’assommer d’un magnifique revers dans la lucarne (56e). En 14 minutes, les hommes de McLeod ont réussi à inverser la tendance, avant que Cédric Charlier ne fixe le score en toute fin de match alors que l’Allemagne jouait à onze joueurs de champ.

Contre l’Espagne, qu’elle a battue 5-0 dans son match d’ouverture vendredi dernier, la Belgique tentera samedi (20h30) de décrocher son premier titre européen et son ticket olympique. L’Allemagne jouera elle pour le bronze plus tôt dans la soirée (18h00) contre les Pays-Bas, quintuples champions d’Europe et vainqueurs de deux dernières éditions de l’Euro.

Euro de hockey: la terrible désillusion pour les Red Panthers

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’état de santé de Julian Assange inquiète le Rapporteur de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, qui affirme que «sa vie est désormais en danger».

    L’abandon de l’enquête pour viol contre Assange en Suède ne change pas grand-chose

  2. Vue aérienne de la colonie de Beitar Illit en Cisjordanie.

    Les colonies juives ne sont plus illégales pour les USA: quand Trump s’assied sur le droit international

  3. « Quand je fais des voix de personnages animés, ça me remet en connexion avec mes années étudiant, une très belle période. »

    Dany Boon alias Olaf dans «La Reine des neiges»: «Il y a beaucoup du monde de l’enfance»

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite