Euro de hockey: les Red Lions se qualifient pour la finale après un incroyable match face à l'Allemagne (4-2)

La Belgique, championne du monde en titre et 2e nation mondiale, s’est qualifiée pour la finale de son Euro de hockey messieurs après s’être imposée 4-2 devant l’Allemagne (FIH-7) en demi-finale de la compétition, jeudi soir à Wilrijk. Pour sa 3e finale continentale de son histoire, la Belgique défiera samedi l’Espagne (FIH-9), qui plus tôt dans la soirée s’est imposée 4-3 face aux Pays-Bas, tenants du titre, dans la 1e demi-finale. Le vainqueur de ce duel sera automatiquement qualifié pour les prochains JO de Tokyo.

Dans un stade comble (7.500 personnes), la Belgique retrouvait un adversaire bien connu. L’Allemagne, octuple champion d’Europe, avait déjà croisé la route des hommes de Shane McLeod en demi-finales de l’Euro précédent à Amsterdam (victoire 2-0 aux shoot-outs), ainsi qu’en quart de finale des Mondiaux de Bhubaneswar, fin 2018 (succès 2-1).

Vincent Vanasch fut le premier des deux gardiens à être sollicité sur une suite de penalty corner (pc) bien contré par Victor Wegnez. La deuxième occasion franche revint à nouveau à la Mannshaft, également sur pc, mais le tip-in de Florian Fuchs sortit hors cadre. Les Red Lions prirent ensuite les commandes de la fin de période ainsi que le début de la suivante. Le 1er pc belge, tiré par Tom Boon, vint frapper le montant gauche du but défendu par Victor Aly (15e).

En tout début de 2e quart, après le sauvetage d’un stick allemand sur la ligne, le 2e pc belge, cette fois avec Loïck Luypaert au canon, trouva Aly lui-même (16e). Ce fut donc contre le cours du jeu que Christopher Rühr ouvrit le score de revers après une action menée par Mats Grambusch (21e).

La Belgique réagit immédiatement, mais le 3e pc, avec cette fois Alexander Hendrickx sur le terrain trouva à nouveau Aly (23e). Une erreur de placement dans la défense permit à Rühr de percer le long de la ’base line’. Sa tentative manquée trouva néanmoins Fuchs, qui n’eut aucune peine à tromper Vanasch (26e).

Des Red Lions renversants

Mal payés avec un score de 0-2 à la mi-temps, les champions du monde sont remontés sur le terrain en espérant imiter le réalisme de leur adversaire. Malgré une nette domination et deux pc, tirés hors cadre par Hendrickx, la balle ne tourna toujours pas pour la nation hôte. Vanasch intervint bien sur le 4e pc allemand, suivi d’un 5e où l’arbitre siffla un penalty stroke (41e). Ce fut sans compter sur l’oeil d’aigle du portier belge, qui demanda à raison la vidéo pour une main fautive sur le blocage du pc.

Dans la minute suivante, le match prit une autre tournure, avec la concrétisation du 6e pc belge par Tom Boon d’un sleep à plat (42e). Cette réduction du score réveilla le stade tout entier et permit aux Red Lions de s’appuyer enfin sur leur douzième homme. Alors que Vanasch continua ses prouesses sur pc adverse, Nicolas De Kerpel libéra son équipe au bout d’une phase confuse sur la suite du 8e pc belge (53e). L’Allemagne vacilla, et Wegnez en profita pour l’assommer d’un magnifique revers dans la lucarne (56e). En 14 minutes, les hommes de McLeod ont réussi à inverser la tendance, avant que Cédric Charlier ne fixe le score en toute fin de match alors que l’Allemagne jouait à onze joueurs de champ.

Contre l’Espagne, qu’elle a battue 5-0 dans son match d’ouverture vendredi dernier, la Belgique tentera samedi (20h30) de décrocher son premier titre européen et son ticket olympique. L’Allemagne jouera elle pour le bronze plus tôt dans la soirée (18h00) contre les Pays-Bas, quintuples champions d’Europe et vainqueurs de deux dernières éditions de l’Euro.

Euro de hockey: la terrible désillusion pour les Red Panthers

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite