Euro de hockey: les Red Lions se qualifient pour la finale après un incroyable match face à l'Allemagne (4-2)

La Belgique, championne du monde en titre et 2e nation mondiale, s’est qualifiée pour la finale de son Euro de hockey messieurs après s’être imposée 4-2 devant l’Allemagne (FIH-7) en demi-finale de la compétition, jeudi soir à Wilrijk. Pour sa 3e finale continentale de son histoire, la Belgique défiera samedi l’Espagne (FIH-9), qui plus tôt dans la soirée s’est imposée 4-3 face aux Pays-Bas, tenants du titre, dans la 1e demi-finale. Le vainqueur de ce duel sera automatiquement qualifié pour les prochains JO de Tokyo.

Dans un stade comble (7.500 personnes), la Belgique retrouvait un adversaire bien connu. L’Allemagne, octuple champion d’Europe, avait déjà croisé la route des hommes de Shane McLeod en demi-finales de l’Euro précédent à Amsterdam (victoire 2-0 aux shoot-outs), ainsi qu’en quart de finale des Mondiaux de Bhubaneswar, fin 2018 (succès 2-1).

Vincent Vanasch fut le premier des deux gardiens à être sollicité sur une suite de penalty corner (pc) bien contré par Victor Wegnez. La deuxième occasion franche revint à nouveau à la Mannshaft, également sur pc, mais le tip-in de Florian Fuchs sortit hors cadre. Les Red Lions prirent ensuite les commandes de la fin de période ainsi que le début de la suivante. Le 1er pc belge, tiré par Tom Boon, vint frapper le montant gauche du but défendu par Victor Aly (15e).

En tout début de 2e quart, après le sauvetage d’un stick allemand sur la ligne, le 2e pc belge, cette fois avec Loïck Luypaert au canon, trouva Aly lui-même (16e). Ce fut donc contre le cours du jeu que Christopher Rühr ouvrit le score de revers après une action menée par Mats Grambusch (21e).

La Belgique réagit immédiatement, mais le 3e pc, avec cette fois Alexander Hendrickx sur le terrain trouva à nouveau Aly (23e). Une erreur de placement dans la défense permit à Rühr de percer le long de la ’base line’. Sa tentative manquée trouva néanmoins Fuchs, qui n’eut aucune peine à tromper Vanasch (26e).

Des Red Lions renversants

Mal payés avec un score de 0-2 à la mi-temps, les champions du monde sont remontés sur le terrain en espérant imiter le réalisme de leur adversaire. Malgré une nette domination et deux pc, tirés hors cadre par Hendrickx, la balle ne tourna toujours pas pour la nation hôte. Vanasch intervint bien sur le 4e pc allemand, suivi d’un 5e où l’arbitre siffla un penalty stroke (41e). Ce fut sans compter sur l’oeil d’aigle du portier belge, qui demanda à raison la vidéo pour une main fautive sur le blocage du pc.

Dans la minute suivante, le match prit une autre tournure, avec la concrétisation du 6e pc belge par Tom Boon d’un sleep à plat (42e). Cette réduction du score réveilla le stade tout entier et permit aux Red Lions de s’appuyer enfin sur leur douzième homme. Alors que Vanasch continua ses prouesses sur pc adverse, Nicolas De Kerpel libéra son équipe au bout d’une phase confuse sur la suite du 8e pc belge (53e). L’Allemagne vacilla, et Wegnez en profita pour l’assommer d’un magnifique revers dans la lucarne (56e). En 14 minutes, les hommes de McLeod ont réussi à inverser la tendance, avant que Cédric Charlier ne fixe le score en toute fin de match alors que l’Allemagne jouait à onze joueurs de champ.

Contre l’Espagne, qu’elle a battue 5-0 dans son match d’ouverture vendredi dernier, la Belgique tentera samedi (20h30) de décrocher son premier titre européen et son ticket olympique. L’Allemagne jouera elle pour le bronze plus tôt dans la soirée (18h00) contre les Pays-Bas, quintuples champions d’Europe et vainqueurs de deux dernières éditions de l’Euro.

Euro de hockey: la terrible désillusion pour les Red Panthers

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite