Au Ghana, les touristes Afro-américains commémorent le début de la traite négrière il y a 400 ans (photos)

Au Ghana, les touristes Afro-américains commémorent le début de la traite négrière il y a 400 ans (photos)

Le fort de Cape Coast, à 150 km au sud-ouest de la capitale Accra, est prisé des visiteurs afro-américains en cette « Année du retour » du Ghana. Le pays d’Afrique de l’Ouest, qui fut un des importants pays de départ de la traite négrière entre les XVe et XVIIIe siècles, organise des événements pour commémorer le premier bateau d’esclave arrivé en Virginie il y a 400 ans.

Murs blanchis à la chaux, rangées de canons, le fort était l’une des dizaines de prisons parsemant la côte atlantique où étaient emprisonnés les esclaves avant leur voyage vers le Nouveau Monde.

Parmi les Afro-américains célèbres qui visitent le site historique, une délégation du Congressional Black Caucus, le groupe parlementaire rassemblant les élus de la communauté afro-américaine s’y est rendu le mois dernier, mené par la présidente démocrate de la chambre basse du Congrès américain Nancy Pelosi. Pour les touristes, la visite est un rite de passage plein d’émotion.

Le Ghana, une des démocraties les plus stables du continent africain, tente d’inciter les Afro-américains à découvrir leurs origines, voire à s’installer de manière permanente. Avec « l’Année du retour », le pays espère voir augmenter son nombre de visiteurs de 350.000 en 2018 à 500.000 cette année, dont 45.000 Afro-américains.

Selon Kojo Keelson qui a été guide dans la région pendant neuf ans, le Ghana attend quelque 830 millions d’euros de recettes touristiques cette année. « C’est comme un pèlerinage. Cette année, nous avons beaucoup plus d’Afro-Américains que les années précédentes ».

Akwasi Awua Ababio, coordinateur des événements de « l’Année du retour », souligne les forts taux d’occupation des hôtels et affirme que « l’enthousiasme est au rendez-vous, nous avons beaucoup de personnes venant des États-Unis et des Caraïbes ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite