Accueil Monde Asie-Pacifique

YouTube agit à son tour contre la propagande de la Chine sur Hong Kong

Twitter et Facebook avaient porté lundi des accusations similaires contre Pékin soulignant avoir fermé un millier de comptes actifs liés à cette campagne de désinformation.

Temps de lecture: 2 min

Après Twitter et Facebook, la plateforme vidéo YouTube a annoncé jeudi avoir agi à son tour contre une vaste campagne de propagande menée par les autorités chinoises sur les réseaux sociaux pour discréditer la mobilisation en faveur de réformes démocratiques à Hong Kong.

À lire aussi Guerre des images à Hong Kong: Twitter et Facebook accusent la Chine de désinformation

YouTube a désactivé 210 chaînes après avoir découvert qu’elles agissaient «de manière coordonnée en mettant en ligne des vidéos liées aux manifestations en cours à Hong Kong», a expliqué Shane Huntley, analyste chargé de la sécurité au sein du groupe Google, qui possède la plateforme vidéo.

«Nous avons mis au jour le recours à des VPN (réseau virtuel permettant notamment de dissimuler l’origine géographique réelle de la connexion internet) et d’autres méthodes pour masquer l’origine de ces comptes», a précisé l’expert. «Cette découverte est cohérente avec les observations et actions récemment effectuées par Facebook et Twitter concernant la Chine».

Deux autres géants technologiques américains, Twitter et Facebook, avaient porté lundi des accusations similaires contre Pékin, soulignant avoir fermé un millier de comptes actifs liés à cette campagne de désinformation. Twitter avait précisé avoir aussi fermé 200.000 autres comptes avant qu’ils ne soient réellement actifs.

«Ces comptes cherchaient délibérément et spécifiquement à semer la discorde politique à Hong Kong et notamment à saper la légitimité et les positions politiques du mouvement de protestation sur le terrain», a expliqué Twitter à propos des comptes actifs suspendus.

À lire aussi A Hong Kong, une foule tranquille brave les menaces de Pékin

La Chine «  pas au courant »

Facebook avait précisé de son côté que certaines publications des comptes suspendus comparaient les manifestants hongkongais aux combattants du groupe Etat islamique, les qualifiant de «cafards» et leur attribuant de soi-disant projets de meurtres au moyen de lance-pierres.

Région semi-autonome du sud de la Chine, Hong Kong traverse depuis juin sa plus grave crise politique, avec des manifestations et autres actions presque quotidiennes pour demander davantage de libertés.

La mobilisation a souvent tourné en affrontements ces dernières semaines entre militants radicaux et forces de l’ordre. Cela s’est traduit par des menaces d’intervention plus pressantes du gouvernement central chinois, qui a qualifié le mouvement de «terroriste».

Pékin a cependant officiellement laissé les coudées franches à l’exécutif local et à sa police pour régler la situation.

En coulisses, le gouvernement central déploie d’importants efforts pour tenter d’influencer l’opinion, affirment cependant Twitter, Facebook, et désormais Google.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a assuré via un porte-parole «ne pas être au courant de la situation».

À lire aussi A Hong Kong, les dangers d’une mobilisation qui dure

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Bailleux Pierre, vendredi 23 août 2019, 7:38

    On a le droit d'être jugé et emprisonné près de chez soi, et non ç des centaines de km, surtout quand on connaît l'arbitraire de la justice chinoise, qui foule aux pieds allègrement et ne connaît ni la justice, ni les droits de l'Homme. Soutien à Hong Kong, qui n'aurait jamais dû être '"restitué ' à la Chine, mais devenir un état indépendant.

Plus de commentaires

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une