Feux de forêt en Amazonie: le mouvement de Greta Thunberg appelle à manifester vendredi devant les ambassades du Brésil

Le mouvement de la jeune Suédoise Greta Thunberg, égérie de la lutte contre le réchauffement climatique, «Fridays for Future», a appelé à manifester vendredi devant les ambassades et consulats du Brésil à travers le monde pour dénoncer les incendies en Amazonie.

«En ce moment même, des incendies — qui se propagent très rapidement — sont en train de détruire la forêt amazonienne à un rythme alarmant. Notre maison est littéralement en train de brûler et les poumons de notre planète de se transformer en cendres», écrit le mouvement dans un communiqué.

«Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, les feux de forêt se sont multipliés, alimentés par la sécheresse mais aussi par la politique environnementale épouvantable du gouvernement brésilien, qui ne voit l’Amazonie que comme une vache à lait», poursuit le texte.

Sous le mot d’ordre «SOS Amazonie», Fridays for Future (Les vendredis pour l’avenir) et ses antennes locales appellent à manifester devant les ambassades et consulats du Brésil à travers la planète à différentes heures, tout au long de la journée. L’appel a été relayé localement par différentes ONG.

Des manifestations sont également prévues à Rio de Janeiro et à Sao Paulo.

>Les incendies en Amazonie, proies de la désinformation sur les réseaux sociaux (photos)

Une déforestation liée à l’agriculture

«Nous voulons un gouvernement qui reconnaisse l’importance de la nature et qui s’engage à protéger nos principales richesses naturelles. Un gouvernement qui exerce un contrôle strict sur les entreprises faisant une mauvaise utilisation de nos ressources naturelles et qui accorde la priorité à la défense des droits des peuples indigènes», déclare Daniela Borges, de Fridays For Future au Brésil, citée dans le communiqué.

>Amazonie: de nombreuses personnalités ont partagé des photos sans rapport avec les incendies actuels

«Notre guerre contre la nature doit cesser», a tweeté jeudi Greta Thunberg depuis un voilier qui traverse l’Atlantique en direction de New York.

Avec une superficie de 5,5 millions de km2, l’Amazonie est la plus vaste forêt tropicale de la planète. Trésor de biodiversité, elle est menacée par la déforestation due principalement à l’agriculture, l’élevage et les activités minières et est actuellement la proie de feux de forêt.

Si la situation en Amazonie était très difficile à évaluer jeudi, l’Institut national de recherche spatiale (INPE) a fait état de près de 2.500 nouveaux départs de feu en l’espace de seulement 48 heures dans l’ensemble du Brésil.

D’après l’INPE, 75.336 feux de forêt ont été enregistrés dans le pays de janvier jusqu’au 21 août, soit 84% de plus que sur la même période de l’an dernier et 52,6% de ces feux concernent l’Amazonie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Féru, dit-il, de mythes et d’histoires anciennes, François Fornieri se doit de pouvoir réciter celle de Crésus...

    Nethys: avis de tempête pour le flamboyant Fornieri

  2. «
Que le ministre des Pouvoirs locaux demande des clarifications, c’est normal. Et fuir le conseil d’administration comme le CDH et Ecolo, je ne crois pas que c’est une bonne attitude.
» © Pierre-Yves Thienpont.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «A propos de Nethys, je demande la transparence, la vérité»

  3. Le mouvement pour le climat a réussi à mobiliser au-delà des espérances.

    La mobilisation pour le climat est toujours vive

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite