De 0-2 à 4-2: un coup de génie de Vincent Vanasch fait basculer le match et envoie les Red Lions en finale de l’Euro (vidéos)

©Belga
©Belga

La Belgique s’est qualifiée ce jeudi soir pour la finale de son Euro de hockey en s’imposant 4-2 face à l’Allemagne. Menés 0-2 à la mi-temps, les Red Lions sont parvenus à renverser le match. Une formidable remontée qui est partie d’un appel à la vidéo de Vincent Vanasch.

Dans le 3e quart-temps, l’Allemagne obtient un stroke (similaire à un penalty au football) pour une faute de pied belge sur la ligne de but. Difficile de contester cette décision. Et pourtant. Vanasch, très attentif sur le pc de ses adversaires, demande immédiatement la vidéo. Il réclame une faute de main du stoppeur allemand (chargé d’arrêter la balle avant qu’un joueur ne déclenche une frappe). Un détail qui fait toute la différence. L’arbitre se ravise, annule le stroke et les Red Lions partent à l’assaut du but adverse, réduisant le score dans l’action qui suit. Suivent trois autres buts qui offrent une nouvelle finale internationale à la Belgique.

Cette faute de main paraît tout de même particulièrement difficile à constater quand on est à plusieurs mètres. Mais le gardien des Red Lions savait très bien à quoi s’attendre. « J’ai déjà assisté à cela avec l’Allemagne », a expliqué Vanasch après la rencontre. « Pendant la Pro League, j’ai à nouveau repéré ça et j’attendais – peut-être devrais-je attendre jusqu’à l’Euro pour voir s’ils tentent cela à nouveau. C’était un bon appel et à un bon moment. J’avais vu des vidéos et j’étais certain qu’il avait utilisé sa main. »

Retrouvez en vidéo les meilleurs moments de la rencontre et les réactions des Red Lions.

Belgique – Allemagne : 4-2

Les buts : 21’ Christopher Ruhr 0-1, 26’ Florian Fuchs 0-2, 42’ Tom Boon 1-2, 54’ Nicolas de Kerpel 2-2, 56’ Victor Wegnez 3-2, 58’ Cedric Charlier 4-2

Vincent Vanasch : « Merci au douzième homme »

Tom Boon : « Un doublé serait incroyable, on a vraiment une belle carte à jouer »

Gauthier Boccard : « Il faudra se méfier de l’Espagne en finale »

Felix Denayer : « On est là pour une chose, c’est pour l’or »

Victor Wegnez : « Je ne marque vraiment jamais, mais pour une fois, elle rentre dedans »

Arthur Van Doren : « L’ambiance dans laquelle on a joué était incroyable »

John-John Dohmen : « C’est tombé à la fin, ça fait un beau scénario »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite