Didier Defawe devient rédacteur en chef adjoint chez LN24

Didier Defawe devient rédacteur en chef adjoint chez LN24
D.R

Didier Defawe occupe depuis le 1er août la fonction de rédacteur en chef adjoint chez LN24, annonce vendredi la chaîne d’information en continu. Auparavant, le nouveau venu a notamment officié chez Radio Contact, dont il a été le rédacteur en chef durant plus de 10 ans.

« Je souhaite faire de LN24 une marque référentielle en termes d’information, que ce soit en télévision, en digital et, prochainement, en radio », explique Didier Defawe. « Pour ce faire, notre circuit de production se reposera sur la facilité que proposent aujourd’hui les nouveaux outils et technologies avec l’avantage de pouvoir raconter l’information de façon plus percutante et pédagogique ».

« Sa fine connaissance de l’information, son expérience et son sens de l’organisation sont des énormes atouts dont pourront profiter nos équipes à chaque instant », a pour sa part réagi Martin Buxant, rédacteur en chef de LN24.

Déjà active depuis quelque temps sur internet, LN24 débarquera en télévision le 2 septembre prochain. En parallèle, la chaîne s’est par ailleurs vu octroyer, mi-juillet, un réseau par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) dans le cadre de l’appel d’offres global pour l’attribution de nouvelles radiofréquences. A la mi-août, le Conseil d’État a cependant décidé de suspendre en extrême urgence la décision du CSA et le dossier est donc pour l’instant en suspens.

Quelque 4,5 millions d’euros ont été levés pour créer LN24. Outre les trois fondateurs -les journalistes Joan Condijts et Martin Buxant, ainsi que l’entrepreneur Boris Portnoy –, quatre partenaires ont souscrit au capital : Belfius Insurance, Besix, Gilles Daoust (CEO de Daoust et Title Media) et Ice-Patrimonial, une société appartenant à Jean-Pierre Lutgen, CEO d’Ice Watch.

LN24 dévoile quatre premiers visages de son équipe télé

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite