Ligue 1: l’AS Monaco en quête de points, le Paris Saint-Germain de rachat

PHOTO NEWS
PHOTO NEWS

Une nouvelle fois, le championnat de France est chamboulé par des événements extérieurs. Les autorités ont imposé à la Ligue, comme lors des manifestations des gilets jaunes la saison dernière, le report de trois affiches en milieu de semaine prochaine, pour cause de G7 à Biarritz.

Résultat, il n’y aura que quatre rencontres samedi soir (20h00) et trois autres dimanches.

Ce jour-là, Monaco ouvrira le bal (15h00) et, espère-t-on en Principauté, son compteur de points.

L’ASM ne s’est pas remise dans le droit chemin à l’intersaison, traumatisée par le précédent exercice cauchemardesque qui l’a vu flirter dangereusement avec la zone de relégation jusqu’au terme. Avant de recevoir Nîmes, elle a entamé la saison par deux sévères défaites, contre Lyon puis face au promu Metz (3-0 à chaque fois), sans marquer un seul but.

L’actuelle lanterne rouge continue pourtant de renforcer son effectif. Après avoir fait son marché en France, avec les arrivées des anciens Montpelliérains Benjamin Lecomte et Ruben Aguilar, elle a recruté l’international tricolore Wissam Ben Yedder et attiré l’attaquant algérien Islam Slimani, prêté par Leicester.

Dans son stade Louis-II, Monaco va défier un adversaire également mal en point(s) : Nîmes n’a connu que des défaites depuis la reprise et vient en Principauté sans son capitaine Anthony Briançon, suspendu comme l’autre défenseur Pablo Martinez.

Toulouse en punching-ball ?

De l’autre côté du classement, le co-leader Rennes se déplace à Strasbourg (17h00) avec l’espoir de poursuivre son départ canon.

Galvanisés par leurs victoires à Montpellier et devant le Paris SG, les Bretons pourraient profiter d’une éventuelle baisse de forme des Alsaciens, vainqueurs au forceps de l’Eintracht Francfort (1-0) jeudi en barrage aller de Ligue Europa.

En soirée, les lumières se braqueront sur le Parc des princes où le champion de France parisien reçoit Toulouse (21h00) en mode rachat, une semaine après avoir trébuché sur la pelouse de Rennes.

L’entraîneur Thomas Tuchel, déjà sous pression, devrait toujours être privé de sa superstar Neymar, au bras de fer avec la direction du club pour quitter la capitale française deux ans après son transfert record (222 millions d’euros) en provenance du Barça.

La fin du mercato, fixée au 2 septembre, approche. Et la saga estivale autour du Brésilien continue de polluer l’environnement du PSG, sans qu’une issue positive pour les deux parties n’apparaisse clairement.

Une victoire face au TFC, juste devant lui au classement (7e avec 4 points), offrirait une petite respiration bienvenue au PSG en ces temps houleux.

Programme

Samedi 24 août

(20h00) Angers – Metz

Dijon – Bordeaux

Brest – Reims

Amiens – Nantes

Dimanche 25 août

(15h00) Monaco – Nîmes

(17h00) Strasbourg – Rennes

(21h00) Paris SG – Toulouse

Mardi 27 août

(19h00) Montpellier – Lyon

Mercredi 28 août

(19h00) Lille – Saint-Etienne

(21h00) Nice – Marseille

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Carolos et Brugeois (ici Dessoleil et Vormer) ne se sont plus affrontés depuis un peu plus d’un an et un succès des Zèbres (0-1, but d’Angella) au Jan Breydelstadion.

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    Bruges au Mambourg, cinq mois plus tard…

  • Ed Woodward et Sir Alex Ferguson.

    Par Rocco Minelli

    Angleterre

    Ed Woodward, le diable de Manchester United

  • @News

    Par François Laurent (avec Ma.St. et VJ)

    Charleroi

    Mata est entré dans une nouvelle dimension

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite