Ligue 1: l’AS Monaco en quête de points, le Paris Saint-Germain de rachat

PHOTO NEWS
PHOTO NEWS

Une nouvelle fois, le championnat de France est chamboulé par des événements extérieurs. Les autorités ont imposé à la Ligue, comme lors des manifestations des gilets jaunes la saison dernière, le report de trois affiches en milieu de semaine prochaine, pour cause de G7 à Biarritz.

Résultat, il n’y aura que quatre rencontres samedi soir (20h00) et trois autres dimanches.

Ce jour-là, Monaco ouvrira le bal (15h00) et, espère-t-on en Principauté, son compteur de points.

L’ASM ne s’est pas remise dans le droit chemin à l’intersaison, traumatisée par le précédent exercice cauchemardesque qui l’a vu flirter dangereusement avec la zone de relégation jusqu’au terme. Avant de recevoir Nîmes, elle a entamé la saison par deux sévères défaites, contre Lyon puis face au promu Metz (3-0 à chaque fois), sans marquer un seul but.

L’actuelle lanterne rouge continue pourtant de renforcer son effectif. Après avoir fait son marché en France, avec les arrivées des anciens Montpelliérains Benjamin Lecomte et Ruben Aguilar, elle a recruté l’international tricolore Wissam Ben Yedder et attiré l’attaquant algérien Islam Slimani, prêté par Leicester.

Dans son stade Louis-II, Monaco va défier un adversaire également mal en point(s) : Nîmes n’a connu que des défaites depuis la reprise et vient en Principauté sans son capitaine Anthony Briançon, suspendu comme l’autre défenseur Pablo Martinez.

Toulouse en punching-ball ?

De l’autre côté du classement, le co-leader Rennes se déplace à Strasbourg (17h00) avec l’espoir de poursuivre son départ canon.

Galvanisés par leurs victoires à Montpellier et devant le Paris SG, les Bretons pourraient profiter d’une éventuelle baisse de forme des Alsaciens, vainqueurs au forceps de l’Eintracht Francfort (1-0) jeudi en barrage aller de Ligue Europa.

En soirée, les lumières se braqueront sur le Parc des princes où le champion de France parisien reçoit Toulouse (21h00) en mode rachat, une semaine après avoir trébuché sur la pelouse de Rennes.

L’entraîneur Thomas Tuchel, déjà sous pression, devrait toujours être privé de sa superstar Neymar, au bras de fer avec la direction du club pour quitter la capitale française deux ans après son transfert record (222 millions d’euros) en provenance du Barça.

La fin du mercato, fixée au 2 septembre, approche. Et la saga estivale autour du Brésilien continue de polluer l’environnement du PSG, sans qu’une issue positive pour les deux parties n’apparaisse clairement.

Une victoire face au TFC, juste devant lui au classement (7e avec 4 points), offrirait une petite respiration bienvenue au PSG en ces temps houleux.

Programme

Samedi 24 août

(20h00) Angers – Metz

Dijon – Bordeaux

Brest – Reims

Amiens – Nantes

Dimanche 25 août

(15h00) Monaco – Nîmes

(17h00) Strasbourg – Rennes

(21h00) Paris SG – Toulouse

Mardi 27 août

(19h00) Montpellier – Lyon

Mercredi 28 août

(19h00) Lille – Saint-Etienne

(21h00) Nice – Marseille

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • 10824932-027

    Par Sébastien Huzler

    Division 1A

    Mouscron rayonne et peut faire très mal

  • @Belga

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Le paradoxe Ryota Morioka à Charleroi

  • @News

    Par François Laurent

    Ligue des Champions

    Eden Hazard est prêt pour l’Europe

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite