Le groupe Rossel sur le point de racheter «Ciné-Télé-Revue»

Le groupe Rossel sur le point de racheter «Ciné-Télé-Revue»
Photo News

C iné-Télé-Revue, le leader du marché des magazines télé, devrait bientôt passer sous le contrôle du groupe Rossel (Le Soir, Sudpresse…). Ce dernier a annoncé ce vendredi être entré en négociation exclusive avec son propriétaire, Michel Leempoel, pour le rachat de 100 % du capital. L’opération devrait être finalisée pour la fin du mois de septembre. Le prix n’a pas été communiqué.

Ciné-Télé-Revue a été fondé en 1944 par le grand-père de Michel Leempoel et a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 13,7 millions. Il est leader incontestable sur son marché depuis de très nombreuses années, avec 164.000 exemplaires vendus chaque semaine. Mais comme tous les magazines télé, il a vu ses ventes s’éroder d’année en année. Entre 2015 et 2018, celles-ci ont reculé de 24 %. « C’est une très belle marque avec une position forte sur son marché mais l’entreprise doit s’adosser à un groupe plus puissant afin d’avoir tous les leviers pour assurer sa transition digitale, commente Bernard Marchant, administrateur-délégué du groupe Rossel. Ciné-Télé-Revue s’est rendu compte que ce n’était plus possible de conserver sa position sur le marché sans pouvoir s’appuyer sur des outils de distribution et de marketing digitaux puissants. Ces outils coûtent très cher. Pour une entreprise de cette taille, il est difficile de réussir sa migration digitale ».

Cette transformation prendra du temps, ajoute Bernard Marchant, mais « l’entreprise est rentable et la diffusion papier est suffisamment forte pour qu’on puisse mener à bien celle-ci sans avoir le couteau sur la gorge ».

Bien que les ventes d’hebdos télé soient en déclin continu et que la consommation de la télévision linéaire régresse, Bernard Marchant croit toujours dans le potentiel de ce marché. « Les ventes souffrent de la diminution du nombre de canaux de distribution. Il y a de moins en moins de librairies alors que le magazine se vend beaucoup au numéro. Il va donc falloir le remettre dans les mains des gens via des moyens digitaux mais aussi en repensant la distribution physique ». Il insiste : « L’intérêt pour le contenu, lui, n’a pas diminué. Au contraire. Le monde de la télévision va beaucoup bouger dans les mois et années à venir avec l’arrivée des nouvelles plateformes de streaming comme Disney +, Apple TV+. On sort de la télévision linéaire. Ce ne sera plus aussi simple de choisir ce qu’on veut regarder vu la multiplicité de l’offre. Plus que jamais, on aura besoin de journalistes qui jouent le rôle de prescripteur en matière de consommation multi-écran ».

Deux magazines gérés indépendamment

Le groupe Rossel possède déjà un magazine télé en son sein : Le Soir Mag. Faut-il s’attendre à une fusion ? Il n’en est pas question pour Bernard Marchant. « Les positionnements du Soir Mag et de Ciné-Télé-Revue sont tout à fait différents et il y a très peu de lecteurs communs aux deux publications. Les deux titres seront gérés de manière indépendante. Il n’y aura pas de synergies au niveau rédactionnel ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite