Incendies en Amazonie: Macron accuse Bolsonaro d’avoir «menti» sur le climat

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron - Photo News

Le président français Emmanuel Macron estime que son homologue brésilien Jair Bolsonaro a « menti » sur ses engagements en faveur de l’environnement et a annoncé vendredi que dans ces conditions, la France s’opposait au traité de libre échange controversé UE-Mercosur, a fait savoir la présidence.

Feux en Amazonie: «une situation d’urgence» qui doit être discutée au G7, estime Merkel

« Compte tenu de l’attitude du Brésil ces dernières semaines, le président de la République ne peut que constater que le président Bolsonaro lui a menti lors du Sommet (du G20, ndlr) d’Osaka », a déclaré l’Elysée, estimant que « le président Bolsonaro a décidé de ne pas respecter ses engagements climatiques ni de s’engager en matière de biodiversité ». « Dans ces conditions, la France s’oppose à l’accord Mercosur en l’état », poursuit la présidence française.

La veille, Emmanuel Macron s’est alarmé dans un tweet des feux qui ravagent la plus vaste forêt tropicale de la planète, parlant de «crise internationale» et donnant rendez-vous aux pays industrialisés du G7 «pour parler de cette urgence».

Le président brésilien a accusé en retour son homologue français d’avoir «une mentalité colonialiste» et de vouloir «instrumentaliser» le sujet «pour des gains politiques personnels».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Borders
» au Public.

  2. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  3. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

La chronique
  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite