Accueil Sports Autres sports Judo

Charline Van Snick: «Un divorce, c’est très violent sur le plan mental»

Avec sa médaille de bronze olympique (Londres 2012), ses deux titres européens (Bakou 2015 et Kazan 2016), sa troisième place mondiale injustement retirée (Rio 2013), Charline Van Snick (29 ans le 2 septembre) présente le plus beau palmarès actuel et la meilleure chance de notre judo féminin aux Mondiaux de Tokyo.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

A 334 jours de l’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo 2020, la planète judo -qui réunit un record de 149 nations et 870 athlètes- a rendez-vous, dès ce dimanche, au célèbre Nippon Budokan pour ses 37es championnats du monde, la troisième fois seulement dans la capitale de l’Empire du Soleil Levant (après 1956, 1958 et 2010). Alors que l’on a enregistré les absences, pour blessures, d’Anne-Sophie Jura (-48 kg) et Toma Nikiforov (-100 kg) et la… retraite inattendue de Joachim Bottieau (-90 kg), onze Belges seront en compétition. Dont l’inévitable Charline Van Snick.

Charline, comment s’est passée votre préparation ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Judo

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs