Accueil Société

Égalité entre élèves: la fédération de l’enseignement catholique (Segec) va en recours

Lassé de ne pas voir appliqués les accords refinançant son réseau, la fédération de l’enseignement catholique introduit un recours devant la Cour constitutionnelle.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 3 min

Pour les négociateurs de la future coalition francophone, l’annonce à l’allure d’une petite bombe : le Segec – la fédération de l’enseignement catholique qui scolarise un élève sur deux – lance une action en justice pour mettre fin « aux discriminations dont l’enseignement libre est victime » d’un point de vue financier. « Cette démarche clôture notre campagne “Agissons ensemble pour qu’un élève égal à un autre élève”, expliquait ce vendredi dans La Libre, Étienne Michel, directeur général du Segec.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Dubois Raymond, dimanche 25 août 2019, 18:46

    Il ne faut pas oublier à long terme , un bon investissement . Et tous les citoyens ont contribué . LES ECOLES COMMUNALES NE PEUVENT PAS PROFITER DE LA VENTE de la vente de leurs écoles. IL EST GRAND temps d 'organiser un réseau UNIQUE afin de DIMINUER les frais des citoyens belges .

  • Posté par Ufapec , lundi 26 août 2019, 23:23

    quel est votre calcul en matière de diminution des couts si réseau unique ?

  • Posté par Dubois Raymond, dimanche 25 août 2019, 18:46

    Il ne faut pas oublier à long terme , un bon investissement . Et tous les citoyens ont contribué . LES ECOLES COMMUNALES NE PEUVENT PAS PROFITER DE LA VENTE de la vente de leurs écoles. IL EST GRAND temps d 'organiser un réseau UNIQUE afin de DIMINUER les frais des citoyens belges .

  • Posté par Delpierre Bernard, samedi 24 août 2019, 12:31

    Le maintien de réseaux distincts entraîne inévitablement des doublons dans les structures et options ce qui est source de gaspillages au détriment de la collectivité avec en plus des résultats lamentables aux test "PISA"...Le Segec a beau jeu de se prévaloir du nombre d'élèves en ayant utilisé à fond la corde sociale (ne pas mélanger les classes plus ou moins aisées avec les classes inférieures) et donc rejeter de son orbite les sujets difficiles ou fragilisés socialement pour les abandonner à l'enseignement officiel qui lui peine à maintenir un niveau de qualité d'autant plus que les préfets n'ont aucune autonomie et pour seul interlocuteur le cabinet et sa pesanteur bureaucratique...Au départ enseignement à forte connotation religieuse (facilité par le nombre majoritaire de prêtres enseignants), l'enseignement dit "libre" est devenu un carcan social où, mine de rien , les parents contribuent plus ou moins secrètement et volontairement aux activités scolaires et para scolaires. Quant à l'enseignement officiel, ses nominations d'incompétents ayant la bonne carte et sa gestion paralysante encouragée aussi par le formalisme administratif n'ont pas contribué à rehausser son niveau...De toute façon , il faudra pour des raisons budgétaires revoir à fond le système sinon ce sera la déglingue totale..

  • Posté par Nicolay Jean-marie , samedi 24 août 2019, 11:32

    Enseignement libre = enseignement privé, donc enseignement non subventionné. Les choses seraient bien plus claires!

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs