Guerre commerciale: Donald Trump et la Chine font plonger les bourses européennes

Le président américain et Xi Jinping, le président chinois, lors du G20 organisé le 29 juin 2019.
Le président américain et Xi Jinping, le président chinois, lors du G20 organisé le 29 juin 2019.

Nouveaux tarifs douaniers chinois sur les produits américains, réaction vigoureuse de Donald Trump : les marchés européens ont terminé largement dans le rouge vendredi, après un nouveau regain de tension dans la guerre commerciale entre Chine et Etats-Unis.

En outre, si le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell a promis d’agir pour soutenir l’expansion de l’économie des Etats-Unis, il a prévenu que la Fed n’avait pas de mode d’emploi tout prêt pour faire face aux tensions commerciales.

« Le marché reste bloqué sur la dernière impression, sur la dernière phrase », en l’occurrence les derniers tweets de Donald Trump, observe Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France, interrogé par l’AFP.

Deux mauvaises nouvelles

Or le président américain vient d’encaisser deux mauvaises nouvelles : « Powell vient de lui dire que ses menaces ne serviront à rien » et « Pékin lui dit que la Chine va imposer de nouveaux tarifs douaniers sur des produits importés des Etats-Unis ».

À New York, les principaux indices de la Bourse new-yorkaise, qui évoluaient en dents de scie depuis le début de la séance, ont décroché après les tweets de Donald Trump. Ce dernier a « ordonné » aux entreprises américaines de trouver une alternative à la production en Chine.

« Nos formidables entreprises américaines sont sommées de commencer immédiatement à chercher une alternative à la Chine, notamment en faisant revenir les entreprises CHEZ NOUS et en fabriquant leurs produits aux Etats-Unis », a tempêté le président des Etats-Unis, pour qui « nous n’avons pas besoin de la Chine et, honnêtement, nous irions bien mieux sans elle ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Une fiscalité automobile intelligente: il est grand temps

    C’est peu risqué, mais prenons le pari : l’idée du gouvernement bruxellois d’imposer une taxe de congestion à l’entrée de la ville va faire hurler. Listons les arguments : option antisociale qui nuira aux plus pauvres, nouvelle manifestation de rage taxatoire visant les automobilistes « vaches à lait », mesure discriminatoire, non concertée avec les autres Régions, instrument inefficace puisqu’il n’y a pas d’alternatives et que les automobilistes « n’ont d’autre choix que de prendre leur voiture », décision...

    Lire la suite