Guerre commerciale: Donald Trump et la Chine font plonger les bourses européennes

Le président américain et Xi Jinping, le président chinois, lors du G20 organisé le 29 juin 2019.
Le président américain et Xi Jinping, le président chinois, lors du G20 organisé le 29 juin 2019.

Nouveaux tarifs douaniers chinois sur les produits américains, réaction vigoureuse de Donald Trump : les marchés européens ont terminé largement dans le rouge vendredi, après un nouveau regain de tension dans la guerre commerciale entre Chine et Etats-Unis.

En outre, si le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell a promis d’agir pour soutenir l’expansion de l’économie des Etats-Unis, il a prévenu que la Fed n’avait pas de mode d’emploi tout prêt pour faire face aux tensions commerciales.

« Le marché reste bloqué sur la dernière impression, sur la dernière phrase », en l’occurrence les derniers tweets de Donald Trump, observe Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France, interrogé par l’AFP.

Deux mauvaises nouvelles

Or le président américain vient d’encaisser deux mauvaises nouvelles : « Powell vient de lui dire que ses menaces ne serviront à rien » et « Pékin lui dit que la Chine va imposer de nouveaux tarifs douaniers sur des produits importés des Etats-Unis ».

À New York, les principaux indices de la Bourse new-yorkaise, qui évoluaient en dents de scie depuis le début de la séance, ont décroché après les tweets de Donald Trump. Ce dernier a « ordonné » aux entreprises américaines de trouver une alternative à la production en Chine.

« Nos formidables entreprises américaines sont sommées de commencer immédiatement à chercher une alternative à la Chine, notamment en faisant revenir les entreprises CHEZ NOUS et en fabriquant leurs produits aux Etats-Unis », a tempêté le président des Etats-Unis, pour qui « nous n’avons pas besoin de la Chine et, honnêtement, nous irions bien mieux sans elle ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite