Scarlett Johansson reste l’actrice la mieux payée au monde, selon le classement Forbes

Scarlett Johansson reste l’actrice la mieux payée au monde, selon le classement Forbes
AFP

La star américaine Scarlett Johansson, la désormais célèbre Veuve noire de Marvel, est restée en 2019 l’actrice la mieux payée au monde, pour la deuxième année consécutive, selon le classement annuel du magazine Forbes publié vendredi.

Et si les comédiennes faisant partie du top 10 ont cette année toutes gagné plus de 20 millions de dollars, les inégalités de salaires ont la vie dure aussi à Hollywood : malgré les 56 millions de dollars perçus, Scarlett Johansson n’arrive qu’à la huitième place du classement pour l’ensemble des comédiens, hommes et femmes confondus.

L’actrice de 34 ans, qui doit reprendre son rôle de Veuve noire l’an prochain pour un film dérivé des Avengers, a pourtant gagné 15,5 millions de plus qu’en 2018, principalement grâce au succès mondial du dernier opus de la saga, « Avengers : Endgame », qui lui a valu un chèque de quelque 35 millions.

Les détails du classement

Mais à titre de comparaison, Robert Downey Jr., qui incarne Iron Man à ses côtés dans la saga Marvel, a été payé environ 55 millions de dollars pour son rôle dans le même film. Selon le classement Forbes des acteurs masculins les mieux payés publié mercredi, Robert Downey Jr. arrive en troisième position avec 66 millions au total, derrière Dwayne Johnson (89,4 millions) et son collègue super-héros Chris Hemsworth (76,4 millions).

À la deuxième place du classement féminin, on trouve une nouvelle arrivante, Sofia Vergara, vedette de la sitcom télévisée « Modern Family », avec 44,1 millions de dollars (du 1er juin 2018 au 1er juin 2019).

Elle est suivie par Reese Witherspoon (35 millions) et Nicole Kidman (34 millions), les deux comparses de la série « Big Little Lies ».

Numéro trois en 2018, essentiellement grâce à des publicités pour de grandes marques, Jennifer Aniston est cette année reléguée à la cinquième place, avec tout de même 28 millions de dollars. L’ex-vedette de « Friends » figure – aux côtés de Reese Witherspoon là encore – dans une nouvelle série qu’Apple produit pour son service de vidéo à la demande.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite