«Vous vous trompez lourdement»: Boris Johnson promet un Royaume-Uni «internationale» après le Brexit

«Vous vous trompez lourdement»: Boris Johnson promet un Royaume-Uni «internationale» après le Brexit
PhotoNews

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a promis vendredi un Royaume-Uni « tourné vers l’extérieur » après le Brexit, dans une déclaration publiée la veille du sommet du G7 à Biarritz.

« Mon message aux dirigeants du G7 cette semaine est : le Royaume-Uni que je dirige sera une nation internationale, tournée vers l’extérieur et sûre d’elle », écrit vendredi Boris Johnson, qui s’est engagé à ce que son pays sorte de l’Union européenne le 31 octobre, avec ou sans accord de retrait.

Cette prise de position effraie les milieux économiques, qui redoutent les conséquences d’un départ brutal de l’UE, et divise le pays, jusque dans le camp conservateur du chef du gouvernement, dont une partie souhaite le maintien de liens étroits avec l’Union européenne.

« Au cœur des alliances à travers le monde »

« Certaines personnes remettent en question la décision démocratique prise par ce pays, craignant que nous nous retirions du monde », déclare M. Johnson, en référence au référendum de juin 2016 qui a vu 52 % des Britanniques voter pour le départ de l’UE. « Certains pensent que les meilleurs jours du Royaume-Uni sont derrière nous. Je dis à ces gens : vous vous trompez lourdement », ajoute-t-il.

« Nous resterons au cœur des alliances à travers le monde. Et nous continuerons de mettre toutes nos compétences en matière de diplomatie, de défense et de développement au service du maintien et de la préservation de l’ordre international, dont dépendent la paix et la prospérité ».

Le Premier ministre assure aussi que son pays « n’ignorera jamais les responsabilités particulières qui lui incombent en tant que pilier et architecte du système international ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite