Guerre commerciale, incendies en Amazonie, Mercosur… Un G7 potentiellement explosif s’ouvre à Biarritz

Donald Trump est arrivé à Biarritz.
Donald Trump est arrivé à Biarritz. - AFP

Les dirigeants du G7 se retrouvent samedi en fin de journée à Biarritz sous les yeux de l’opinion mondiale qui attend d’eux des solutions concrètes aux crises secouant la planète : guerre commerciale, Iran ou feux en Amazonie.

>> Sommet du G7 : les premiers heurts éclatent, quatre policiers blessés (vidéo)

Les incendies de l’immense forêt brésilienne se sont imposés à la dernière minute comme sujet phare pour le premier jour du sommet, comme il arrive parfois dans les grands rendez-vous internationaux.

Cette catastrophe écologique sera ainsi au menu des discussions du dîner qui réunira dans le phare de Biarritz, autour de spécialités basques, les dirigeants du club des grandes démocraties libérales : Emmanuel Macron, Donald Trump, Angela Merkel, Boris Johnson, Giuseppe Conte, Shinzo Abe et Justin Trudeau.

« Crise internationale »

Des « initiatives concrètes » pour lutter contre ces incendies « pourraient se matérialiser » durant le sommet, a annoncé vendredi la présidence française, qui a réclamé de faire de cette « crise internationale » une priorité du sommet.

Les discussions pourraient être délicates car Emmanuel Macron a accusé le président brésilien Jair Bolsonaro d’avoir « menti » sur ses engagements sur le climat et d’« inaction » face à ces incendies qui dévastent depuis des jours le poumon vert du monde.

Ses critiques peuvent froisser Donald Trump, dont Jair Bolsonaro est un fervent soutien sur la scène internationale.

Le Mercosur sur la table

Berlin a par ailleurs exprimé ses réticences à l’annonce que Paris bloquerait le projet d’accord commercial entre UE et Mercosur, un sujet qui sera abordé lors du tête à tête entre Angela Merkel et Emmanuel Macron.

Auparavant, le président français parlera à 13h (11h GMT) à la télévision pour « expliquer les enjeux » du sommet qu’il veut « utile » pour les populations, selon l’Elysée.

L’imprévisible Trump

Les milliers de diplomates et de journalistes présents à Biarritz attendent de voir quelle sera l’attitude de l’imprévisible président américain sur les autres sujets de division.

Avant de s’envoler pour la France, M. Trump a paru aborder le sommet avec optimisme. « Je pense que ça sera très productif », a-t-il déclaré à la presse.

Mais il a brandi la menace de représailles à l’imposition d’une taxe française sur les géants américains du secteur des hautes technologies.

« Je n’aime pas ce que la France a fait », a lancé Donald Trump. « Je ne veux pas que la France impose des taxes sur nos sociétés. C’est très injuste ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite