Samir Nasri après la défaite d’Anderlecht à Genk: «Le Standard, le meilleur match pour lancer la saison»

©Photonews
©Photonews

Comme après le revers à Courtrai une semaine plus tôt, Samir Nasri ne s’est pas défilé face aux journalistes. Il était forcément très déçu après cette nouvelle défaite, la troisième en cinq journées d’un championnat où le Sporting n’a toujours pas connu le succès. « C’est difficile à accepter », reconnaît le Français. « On a joué avec de la personnalité, on a bien combiné et on a eu des occasions face au champion sortant mais on ne marque pas. C’est rageant de ne pas revenir avec au moins le match nul après cette prestation. De son côté, Genk a fait preuve de réalisme. Le réalisme, c’est le problème de notre début de saison. On joue bien mais on ne marque pas. »

Conséquence, le Sporting fait du surplace au classement et les critiques pleuvent. « Je ne sais pas si elles sont justifiées », s’interroge Nasri. « En termes de jeu, Anderlecht jouait mieux que Genk. En termes de résultats, on peut évidemment nous critiquer parce que c’est insuffisant. Ce n’est pas mon métier d’analyser. Moi, je dois essayer d’être le meilleur sur le terrain. »

Ce sera encore l’ambition commune de tous les Anderlechtois dimanche prochain pour le premier Clasico de la saison face au Standard. Un programme motivant selon l’ancien joueur de Manchester City et Arsenal. « Il n’y a pas de meilleur match que le Standard pour lancer notre saison », lance Samir Nasri. « On m’a dit quand je suis arrivé qu’Anderlecht-Standard, c’était comme Marseille-PSG. Si à Marseille, vous perdez vos cinq premiers matchs et que c’est Paris en sixième match, c’est parfait pour lancer la saison si vous parvenez à le gagner. C’est comme cela qu’on peut s’en sortir. »

Les Bruxellois pourront également compter sur leur indéfectible public qui prend son mal en patience comme jamais il ne l’a fait dans son histoire. « Le soutien de nos supporters malgré les difficultés, c’est un point positif », note Nasri qui avait connu pareille situation sportive avec Marseille lorsqu’il était plus jeune. « Je peux vous assurer que les supporters n’étaient pas aussi sympas qu’à Anderlecht. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite