Donald Trump, après avoir menacé la France, est arrivé à Bordeaux pour rejoindre le sommet du G7 (vidéo)

Donald Trump, après avoir menacé la France, est arrivé à Bordeaux pour rejoindre le sommet du G7 (vidéo)
AFP

Le président américain Donald Trump est arrivé samedi en France pour un sommet du G7 sous haute tension, où il pourrait de nouveau jouer les trouble-fête après une série de tweets tonitruants sur le commerce international et la taxation française des géants du numérique.

L’Air Force One présidentiel a atterri à la mi-journée à l’aéroport de Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, sous un soleil radieux. M. Trump devait ensuite rejoindre à bord d’un avion plus petit l’élégante station balnéaire de Biarritz, où se déroule le sommet jusqu’à lundi.

Cette rencontre des dirigeants de sept pays industrialisés (Allemagne, Japon, Etats-Unis, France, Italie, Canada, Royaume-Uni), s’ouvre samedi soir avec au menu une série de crises qui secouent la planète : guerre commerciale, Iran ou feux en Amazonie.

Avant de partir pour la France, M. Trump a paru aborder le sommet avec optimisme. « Je pense que ça sera très productif », a-t-il déclaré à la presse.

Mais il a brandi la menace de représailles à l’introduction d’une taxe française sur les géants américains du secteur des hautes technologies.

Donald Trump souffle à nouveau sur les braises de la guerre commerciale

« Je n’aime pas ce que la France a fait », a lancé Donald Trump. « Je ne veux pas que la France impose des taxes sur nos sociétés. C’est très injuste ».

« S’ils (les Français) le font, nous imposerons des droits de douane sur leurs vins », a-t-il annoncé. « Des droits de douane comme ils n’en ont jamais vu ».

Le président américain a aussi une nouvelle fois soufflé sur les braises de la guerre commerciale qui oppose les Etats-Unis à la Chine avec une série de tweets à la tonalité particulièrement agressive.

Pékin a annoncé vendredi de nouveaux droits de douane et Donald Trump a riposté en annonçant que la totalité des 550 milliards de dollars de produits chinois importés aux Etats-Unis seraient frappés de taxes encore plus lourdes d’ici à la fin de l’année

Sur le même sujet
SommetFranceDonald Trump
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite