Donald Trump, après avoir menacé la France, est arrivé à Bordeaux pour rejoindre le sommet du G7 (vidéo)

Donald Trump, après avoir menacé la France, est arrivé à Bordeaux pour rejoindre le sommet du G7 (vidéo)
AFP

Le président américain Donald Trump est arrivé samedi en France pour un sommet du G7 sous haute tension, où il pourrait de nouveau jouer les trouble-fête après une série de tweets tonitruants sur le commerce international et la taxation française des géants du numérique.

L’Air Force One présidentiel a atterri à la mi-journée à l’aéroport de Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, sous un soleil radieux. M. Trump devait ensuite rejoindre à bord d’un avion plus petit l’élégante station balnéaire de Biarritz, où se déroule le sommet jusqu’à lundi.

Cette rencontre des dirigeants de sept pays industrialisés (Allemagne, Japon, Etats-Unis, France, Italie, Canada, Royaume-Uni), s’ouvre samedi soir avec au menu une série de crises qui secouent la planète : guerre commerciale, Iran ou feux en Amazonie.

Avant de partir pour la France, M. Trump a paru aborder le sommet avec optimisme. « Je pense que ça sera très productif », a-t-il déclaré à la presse.

Mais il a brandi la menace de représailles à l’introduction d’une taxe française sur les géants américains du secteur des hautes technologies.

Donald Trump souffle à nouveau sur les braises de la guerre commerciale

« Je n’aime pas ce que la France a fait », a lancé Donald Trump. « Je ne veux pas que la France impose des taxes sur nos sociétés. C’est très injuste ».

« S’ils (les Français) le font, nous imposerons des droits de douane sur leurs vins », a-t-il annoncé. « Des droits de douane comme ils n’en ont jamais vu ».

Le président américain a aussi une nouvelle fois soufflé sur les braises de la guerre commerciale qui oppose les Etats-Unis à la Chine avec une série de tweets à la tonalité particulièrement agressive.

Pékin a annoncé vendredi de nouveaux droits de douane et Donald Trump a riposté en annonçant que la totalité des 550 milliards de dollars de produits chinois importés aux Etats-Unis seraient frappés de taxes encore plus lourdes d’ici à la fin de l’année

Sur le même sujet
SommetFranceDonald Trump
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite