«Nous nous chamaillons parfois mais pas trop»: Macron et Trump en tête-à-tête avant le G7 (photos)

Emmanuel Macron et Donald Trump déjeunaient en tête à tête samedi à Biarritz pour balayer les sujets de discussion avant l’ouverture d’un G7 qui s’annonce particulièrement tendu, une rencontre qui n’était pas prévue initialement.

>> Donald Trump, après avoir menacé la France, est arrivé à Bordeaux pour rejoindre le sommet du G7 (vidéo)

Les deux responsables se sont retrouvés à l’Hôtel du Palais, dans l’élégante station balnéaire qui accueille jusqu’à lundi le G7 dans le Sud-Ouest de la France. La veille, le président américain avait de nouveau menacé de taxer le vin français si Paris persistait à vouloir imposer les grands groupes américains du numérique.

« Que les choses puissent s’apaiser au maximum »

Pour ce déjeuner « improvisé », selon l’Elysée, ils ont pris place sur la terrasse de l’hôtel du palais, protégés du soleil, autour d’une table ronde à une dizaine de mètres de leurs conseillers, dont le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton.

« C’est un G7 qui arrive à un moment important de déstabilisation sur de nombreux sujets », a souligné le président français, en évoquant notamment le conflit syrien ou le traité sur le nucléaire iranien, principale pomme de discorde entre les Etats-Unis et les Européens.

D’autres dossiers délicats

« On parlera aussi des sujets économiques pour que les choses puissent s’apaiser au maximum, pour que nous puissions trouver les bonnes solutions de manière concertée sur les sujets numériques, climatique, l’égalité femme homme », a ajouté M. Macron.

« Nous avons vraiment beaucoup en commun, étant des amis de longue date. Nous nous chamaillons un peu (parfois) mais pas trop. Notre relation est spéciale et jusqu’ici tout va bien », a répondu Donald Trump, loin du ton agressif de ces précédentes déclarations. « Nous avons plein de choses importantes à discuter », a-t-il dit.

Autre point délicat à déminer, l’environnement. France, Canada, Royaume-uni et Allemagne ont insisté pour se saisir du sujet de la forêt amazonienne, en proie à de nombreux incendies, passant outre l’avis du président brésilien Jair Bolsonaro, un proche allié du climato-sceptique Donald Trump.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite