«Nous nous chamaillons parfois mais pas trop»: Macron et Trump en tête-à-tête avant le G7 (photos)

Emmanuel Macron et Donald Trump déjeunaient en tête à tête samedi à Biarritz pour balayer les sujets de discussion avant l’ouverture d’un G7 qui s’annonce particulièrement tendu, une rencontre qui n’était pas prévue initialement.

>> Donald Trump, après avoir menacé la France, est arrivé à Bordeaux pour rejoindre le sommet du G7 (vidéo)

Les deux responsables se sont retrouvés à l’Hôtel du Palais, dans l’élégante station balnéaire qui accueille jusqu’à lundi le G7 dans le Sud-Ouest de la France. La veille, le président américain avait de nouveau menacé de taxer le vin français si Paris persistait à vouloir imposer les grands groupes américains du numérique.

« Que les choses puissent s’apaiser au maximum »

Pour ce déjeuner « improvisé », selon l’Elysée, ils ont pris place sur la terrasse de l’hôtel du palais, protégés du soleil, autour d’une table ronde à une dizaine de mètres de leurs conseillers, dont le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton.

« C’est un G7 qui arrive à un moment important de déstabilisation sur de nombreux sujets », a souligné le président français, en évoquant notamment le conflit syrien ou le traité sur le nucléaire iranien, principale pomme de discorde entre les Etats-Unis et les Européens.

D’autres dossiers délicats

« On parlera aussi des sujets économiques pour que les choses puissent s’apaiser au maximum, pour que nous puissions trouver les bonnes solutions de manière concertée sur les sujets numériques, climatique, l’égalité femme homme », a ajouté M. Macron.

« Nous avons vraiment beaucoup en commun, étant des amis de longue date. Nous nous chamaillons un peu (parfois) mais pas trop. Notre relation est spéciale et jusqu’ici tout va bien », a répondu Donald Trump, loin du ton agressif de ces précédentes déclarations. « Nous avons plein de choses importantes à discuter », a-t-il dit.

Autre point délicat à déminer, l’environnement. France, Canada, Royaume-uni et Allemagne ont insisté pour se saisir du sujet de la forêt amazonienne, en proie à de nombreux incendies, passant outre l’avis du président brésilien Jair Bolsonaro, un proche allié du climato-sceptique Donald Trump.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’état de santé de Julian Assange inquiète le Rapporteur de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, qui affirme que «sa vie est désormais en danger».

    L’abandon de l’enquête pour viol contre Assange en Suède ne change pas grand-chose

  2. Vue aérienne de la colonie de Beitar Illit en Cisjordanie.

    Les colonies juives ne sont plus illégales pour les USA: quand Trump s’assied sur le droit international

  3. « Quand je fais des voix de personnages animés, ça me remet en connexion avec mes années étudiant, une très belle période. »

    Dany Boon alias Olaf dans «La Reine des neiges»: «Il y a beaucoup du monde de l’enfance»

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite