«Nous nous chamaillons parfois mais pas trop»: Macron et Trump en tête-à-tête avant le G7 (photos)

Emmanuel Macron et Donald Trump déjeunaient en tête à tête samedi à Biarritz pour balayer les sujets de discussion avant l’ouverture d’un G7 qui s’annonce particulièrement tendu, une rencontre qui n’était pas prévue initialement.

>> Donald Trump, après avoir menacé la France, est arrivé à Bordeaux pour rejoindre le sommet du G7 (vidéo)

Les deux responsables se sont retrouvés à l’Hôtel du Palais, dans l’élégante station balnéaire qui accueille jusqu’à lundi le G7 dans le Sud-Ouest de la France. La veille, le président américain avait de nouveau menacé de taxer le vin français si Paris persistait à vouloir imposer les grands groupes américains du numérique.

« Que les choses puissent s’apaiser au maximum »

Pour ce déjeuner « improvisé », selon l’Elysée, ils ont pris place sur la terrasse de l’hôtel du palais, protégés du soleil, autour d’une table ronde à une dizaine de mètres de leurs conseillers, dont le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton.

« C’est un G7 qui arrive à un moment important de déstabilisation sur de nombreux sujets », a souligné le président français, en évoquant notamment le conflit syrien ou le traité sur le nucléaire iranien, principale pomme de discorde entre les Etats-Unis et les Européens.

D’autres dossiers délicats

« On parlera aussi des sujets économiques pour que les choses puissent s’apaiser au maximum, pour que nous puissions trouver les bonnes solutions de manière concertée sur les sujets numériques, climatique, l’égalité femme homme », a ajouté M. Macron.

« Nous avons vraiment beaucoup en commun, étant des amis de longue date. Nous nous chamaillons un peu (parfois) mais pas trop. Notre relation est spéciale et jusqu’ici tout va bien », a répondu Donald Trump, loin du ton agressif de ces précédentes déclarations. « Nous avons plein de choses importantes à discuter », a-t-il dit.

Autre point délicat à déminer, l’environnement. France, Canada, Royaume-uni et Allemagne ont insisté pour se saisir du sujet de la forêt amazonienne, en proie à de nombreux incendies, passant outre l’avis du président brésilien Jair Bolsonaro, un proche allié du climato-sceptique Donald Trump.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite