Brexit: l’Union européenne doit «laisser tomber» le filet de sécurité pour éviter le «no deal», selon Boris Johnson

Boris Johnson au sommet du G7
Boris Johnson au sommet du G7 - AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré samedi que l’Union européenne devait «laisser tomber» le dispositif pour la frontière irlandaise (backstop) prévu dans le projet d’accord sur le Brexit, si elle voulait éviter une sortie sans accord du Royaume-Uni de l’Union européenne.

«Je ne veux pas qu’il n’y ait pas d’accord. Je dis à nos amis dans l’Union européenne, s’ils ne veulent pas un Brexit sans accord, alors il faut que nous laissions tomber le backstop (filet de sécurité, ndlr) hors du traité», a dit le Premier ministre à la presse dans l’avion juste avant d’attérir en France pour le sommet du G7.

Le dispositif prévu dans le traité du Brexit pour la frontière irlandaise, entre la partie de l’île qui fait partie du Royaume-Uni et la République d’Irlande qui est membre de l’Union europénne, constitue l’un des principaux points de désaccord entre Londres et Bruxelles.

>«Vous vous trompez lourdement»: Boris Johnson promet un Royaume-Uni «internationale» après le Brexit

Il prévoit que, faute de meilleure solution à l’issue d’une période transitoire, et pour éviter le retour d’une frontière entre la province britannique d’Irlande du Nord et la République d’Irlande, le Royaume-Uni tout entier reste dans un «territoire douanier unique» avec l’Union Européenne.

Boris Johnson estime que ce dispositif porte atteinte à la «souveraineté de l’Etat britannique» et l’empêcherait de mener une politique commerciale indépendante des règles de l’Union européenne.

«Si Donald Tusk (le président du Conseil européen, ndlr) ne veut pas rester comme Mr No Deal Brexit, il devrait garder cela à l’esprit», a lancé le Premier ministre britannique.

«L’Union européenne a toujours été prête à la coopération», avait assuré peu avant Tusk, également présent à Biarritz pour le G7, alors que la date officielle du Brexit du 31 octobre approche à grand pas sans que de réelles perspectives d’accord se dessinent.

Tusk a lui aussi déclaré qu’il «espérait que le Premier ministre Johnson ne voudra pas entrer dans l’Histoire comme Mr No Deal».

Jeudi, en recevant Boris Johnson à Paris, Emmanuel Macron s’était montré ferme sur la question irlandaise, estimant que le traité négocié apporte des «garanties indispensables à la préservation de la stabilité en Irlande à l’intégrité du marché unique», deux lignes jaunes infranchissables pour lui.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. En 2 ans à peine, Juul a conquis 75% du marché américain des cigarettes électroniques. Mais plusieurs utilisateurs sont morts de pneumonie.

    Comment la cigarette électronique a fini par tuer

  2. «
Je ne me bats pas contre le cancer, mais pour la vie
».

    Visa pour la Flandre: pour Caroline, pour la vie

  3. Ursula von der Leyen va s’expliquer sur le concept de «
mode de vie européen
» devant les chefs de groupe du Parlement européen.

    «Protection du mode de vie européen»: Von der Leyen protège encore son choix de mots

La chronique
  • Visa pour la Flandre: pour Caroline, pour la vie

    En attendant le gouvernement flamand… C’est drôle ce sentiment pour le mauvais élève traditionnellement au fond de la classe, qui rend toujours sa copie en retard, de se retrouver au premier rang, devoirs terminés, prêt pour la récré, attendant que les autres terminent leur travail. Et donc oui, voilà trois gouvernements francophones en état de marche, avec de nouveaux ministres, des jeunes femmes blondes et brunes, des hommes (beaucoup) plus mûrs prêts à gouverner, qui attendent la Flandre pour être au complet et finir le tableau fédéral. C’est pas souvent…

    C’est tellement pas souvent que la presse du nord du pays se démène pour trouver de l’information. Ils se sont bien un peu amusés avec le coup du « canon ». Ils ont bien tenté une percée polémique avec le nucléaire. La N-VA veut prolonger les centrales – est-on surpris ? –, le CD&V et l’Open VLD sont embarrassés. La tripartite wallonne, elle, bardée de son plan de réduction des gaz à effet de serre se voit décerner en néerlandais la mention « une ardeur verte d’avance »....

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite