Brexit: l’Union européenne doit «laisser tomber» le filet de sécurité pour éviter le «no deal», selon Boris Johnson

Boris Johnson au sommet du G7
Boris Johnson au sommet du G7 - AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré samedi que l’Union européenne devait «laisser tomber» le dispositif pour la frontière irlandaise (backstop) prévu dans le projet d’accord sur le Brexit, si elle voulait éviter une sortie sans accord du Royaume-Uni de l’Union européenne.

«Je ne veux pas qu’il n’y ait pas d’accord. Je dis à nos amis dans l’Union européenne, s’ils ne veulent pas un Brexit sans accord, alors il faut que nous laissions tomber le backstop (filet de sécurité, ndlr) hors du traité», a dit le Premier ministre à la presse dans l’avion juste avant d’attérir en France pour le sommet du G7.

Le dispositif prévu dans le traité du Brexit pour la frontière irlandaise, entre la partie de l’île qui fait partie du Royaume-Uni et la République d’Irlande qui est membre de l’Union europénne, constitue l’un des principaux points de désaccord entre Londres et Bruxelles.

>«Vous vous trompez lourdement»: Boris Johnson promet un Royaume-Uni «internationale» après le Brexit

Il prévoit que, faute de meilleure solution à l’issue d’une période transitoire, et pour éviter le retour d’une frontière entre la province britannique d’Irlande du Nord et la République d’Irlande, le Royaume-Uni tout entier reste dans un «territoire douanier unique» avec l’Union Européenne.

Boris Johnson estime que ce dispositif porte atteinte à la «souveraineté de l’Etat britannique» et l’empêcherait de mener une politique commerciale indépendante des règles de l’Union européenne.

«Si Donald Tusk (le président du Conseil européen, ndlr) ne veut pas rester comme Mr No Deal Brexit, il devrait garder cela à l’esprit», a lancé le Premier ministre britannique.

«L’Union européenne a toujours été prête à la coopération», avait assuré peu avant Tusk, également présent à Biarritz pour le G7, alors que la date officielle du Brexit du 31 octobre approche à grand pas sans que de réelles perspectives d’accord se dessinent.

Tusk a lui aussi déclaré qu’il «espérait que le Premier ministre Johnson ne voudra pas entrer dans l’Histoire comme Mr No Deal».

Jeudi, en recevant Boris Johnson à Paris, Emmanuel Macron s’était montré ferme sur la question irlandaise, estimant que le traité négocié apporte des «garanties indispensables à la préservation de la stabilité en Irlande à l’intégrité du marché unique», deux lignes jaunes infranchissables pour lui.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Deliveroo nous a fait signer une nouvelle convention. Conséquence
: je gagne entre 20 et 30
% de moins qu’avant. On me paie 5,32 euros la course désormais
», affirme un livreur.

    Deliveroo, Uber Eats, Takeaway: les coursiers, toujours en dernière ligne

  2. Grâce à un single, la machine marketing du deuxième opus a été lancée avant même la sortie du film.

    L’effet Reine des Neiges, ou comment Disney règne sur le box-office

  3. Jennifer Williams, conseillère spéciale du vice-président américain Mike Pence, et le lieutenant-colonel Alexander Vindman, membre du Conseil de sécurité nationale
: deux témoignages majeurs devant la commission du Renseignement de la Chambre qui mène l’enquête au pas de course.

    L’«affaire ukrainienne» de Trump racontée par des témoins directs

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite