Ligue 1: Neymar de retour avec le PSG ? «Il peut jouer... si sa situation personnelle s’éclaircit», explique son coach

Ligue 1: Neymar de retour avec le PSG ? «Il peut jouer... si sa situation personnelle s’éclaircit», explique son coach
AFP

Neymar dans le groupe contre Toulouse dimanche ? L’entraîneur du Paris SG Thomas Tuchel a dribblé les questions des journalistes samedi, affirmant que le Brésilien était « prêt » pour jouer mais que le dossier était entre les mains de la direction sportive.

« Il peut jouer si la situation entre le club et lui est claire », or « aujourd’hui ce n’est pas clair, peut-être que demain ce sera clair », a répondu le technicien allemand à propos de son attaquant vedette, désireux de quitter Paris cet été.

Relancé à plusieurs reprises en conférence de presse, Tuchel a admis que son N.10, pas encore apparu dans le groupe parisien cette saison, était « prêt pour jouer », mais que la décision finale revenait au directeur sportif : « peut-être que vous devez parler avec Leonardo de ça », a-t-il évacué.

Amoindri par une blessure à la cheville droite au début de l’été, Neymar a cependant pleinement récupéré, selon son entraîneur.

« Ney est de plus en plus fit, il a gagné beaucoup de capacité et a fait une bonne semaine avec toute l’équipe, une semaine avec beaucoup de volume, d’intensité », a développé l’ancien coach de Dortmund.

Les spéculations concernant un éventuel départ de Neymar de Paris, où il est arrivé à l’été 2017 pour la somme record de 222 millions d’euros, vont donc se poursuivre dans les jours qui suivent, alors que le mercato s’achève le 2 septembre.

L’intérêt du Real Madrid et du FC Barcelone, son ancien club (2013-2017), est réel mais le PSG a pour l’heure repoussé toutes les approches pour le Brésilien.

Ce feuilleton « est tout sauf ennuyeux », a plaisanté samedi l’entraîneur barcelonais Ernesto Valverde. « Mais je ne peux rien dire, je ne sais rien à ce sujet, on verra ce qui arrive. C’est un joueur qui est au PSG », a-t-il ajouté, disant comprendre l’effervescence médiatique autour de ce dossier.

« Je sais qu’à chaque fois qu’il y a une fenêtre de transferts, il y a toujours beaucoup d’attentes. Notre club suscite beaucoup d’attentes, comme d’autres, et il y a des joueurs comme Neymar qui suscitent aussi des attentes. Mais il est dans un autre club et on ne peut pas dire grand-chose », a conclu Valverde.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite