G7: la police a brièvement fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes contre des manifestants (photos et vidéo)

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi en fin de journée dans les rues de Bayonne, à quelques kilomètres de Biarritz qui accueille le sommet du G7, et ont tenté de contourner un très important dispositif de police, qui a brièvement fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes, ont constaté des journalistes de l’AFP.

>Guerre commerciale, incendies en Amazonie, Mercosur… Un G7 potentiellement explosif s’ouvre à Biarritz

Les manifestants, dont beaucoup de jeunes, ont scandé quelques slogans anticapitalistes ou hostiles à la police, errant dans les rues de Bayonne, au hasard des barrages policiers sur leur parcours.

Après avoir déambulé sans itinéraire précis apparent, tentant de regagner le centre d’où les barrages policiers les avaient éloignés, les manifestants se sont retrouvés face à un barrage de police qui bloquait l’accès à un pont sur le fleuve Adour.

>Macron sur les menaces de Trump avant le G7: «Les tensions commerciales sont mauvaises pour tout le monde»

Vers 19h (17h GMT), la police a brièvement utilisé des canons à eau et procédé à quelques tirs de gaz lacrymogène, forçant les manifestants à se replier vers des rues piétonnes du centre, et à reprendre leur déambulation.

Depuis plusieurs jours, des rumeurs couraient sur l’organisation d’une manifestation non autorisée, et la mairie avait informé jeudi les commerçants que «diverses organisations nationales et internationales ont appelé à manifester samedi et dimanche, notamment à Bayonne et Anglet», villes limitrophes, dont les centres sont situés à 8 et 4 km respectivement de l’Hôtel du Palais de Biarritz, qui accueille les dirigeants du G7.

>«Nous nous chamaillons parfois mais pas trop»: Macron et Trump en tête-à-tête avant le G7 (photos)

Le préfet des Pyrénées-Atlantiques avait même renforcé vendredi soir le périmètre de protection, par rapport à ce qui avait été envisagé mi-août, l’étendant à une grande partie du centre de Bayonne (50.000 habitants), avec pouvoir de contrôle accru et fouilles de la police dans cette zone.

Dès vendredi, les commerçants bayonnais avaient commencé à protéger leurs vitrines avec des panneaux de bois et, samedi, Bayonne présentait l’aspect d’une ville morte, protégée par une très forte présence policière, aidée par quelques renforts de la police allemande.

En milieu de journée, en revanche, une manifestation anti-G7, autorisée par les autorités celle-là, s’était déroulée dans le calme, depuis Hendaye jusqu’à la ville frontalière espagnole d’Irun, rassemblant 15.000 personnes selon les organisateurs, 9.000 selon les autorités.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’état de santé de Julian Assange inquiète le Rapporteur de l’ONU sur la torture, Nils Melzer, qui affirme que «sa vie est désormais en danger».

    L’abandon de l’enquête pour viol contre Assange en Suède ne change pas grand-chose

  2. Vue aérienne de la colonie de Beitar Illit en Cisjordanie.

    Les colonies juives ne sont plus illégales pour les USA: quand Trump s’assied sur le droit international

  3. « Quand je fais des voix de personnages animés, ça me remet en connexion avec mes années étudiant, une très belle période. »

    Dany Boon alias Olaf dans «La Reine des neiges»: «Il y a beaucoup du monde de l’enfance»

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite