G7: la police a brièvement fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes contre des manifestants (photos et vidéo)

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi en fin de journée dans les rues de Bayonne, à quelques kilomètres de Biarritz qui accueille le sommet du G7, et ont tenté de contourner un très important dispositif de police, qui a brièvement fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes, ont constaté des journalistes de l’AFP.

>Guerre commerciale, incendies en Amazonie, Mercosur… Un G7 potentiellement explosif s’ouvre à Biarritz

Les manifestants, dont beaucoup de jeunes, ont scandé quelques slogans anticapitalistes ou hostiles à la police, errant dans les rues de Bayonne, au hasard des barrages policiers sur leur parcours.

Après avoir déambulé sans itinéraire précis apparent, tentant de regagner le centre d’où les barrages policiers les avaient éloignés, les manifestants se sont retrouvés face à un barrage de police qui bloquait l’accès à un pont sur le fleuve Adour.

>Macron sur les menaces de Trump avant le G7: «Les tensions commerciales sont mauvaises pour tout le monde»

Vers 19h (17h GMT), la police a brièvement utilisé des canons à eau et procédé à quelques tirs de gaz lacrymogène, forçant les manifestants à se replier vers des rues piétonnes du centre, et à reprendre leur déambulation.

Depuis plusieurs jours, des rumeurs couraient sur l’organisation d’une manifestation non autorisée, et la mairie avait informé jeudi les commerçants que «diverses organisations nationales et internationales ont appelé à manifester samedi et dimanche, notamment à Bayonne et Anglet», villes limitrophes, dont les centres sont situés à 8 et 4 km respectivement de l’Hôtel du Palais de Biarritz, qui accueille les dirigeants du G7.

>«Nous nous chamaillons parfois mais pas trop»: Macron et Trump en tête-à-tête avant le G7 (photos)

Le préfet des Pyrénées-Atlantiques avait même renforcé vendredi soir le périmètre de protection, par rapport à ce qui avait été envisagé mi-août, l’étendant à une grande partie du centre de Bayonne (50.000 habitants), avec pouvoir de contrôle accru et fouilles de la police dans cette zone.

Dès vendredi, les commerçants bayonnais avaient commencé à protéger leurs vitrines avec des panneaux de bois et, samedi, Bayonne présentait l’aspect d’une ville morte, protégée par une très forte présence policière, aidée par quelques renforts de la police allemande.

En milieu de journée, en revanche, une manifestation anti-G7, autorisée par les autorités celle-là, s’était déroulée dans le calme, depuis Hendaye jusqu’à la ville frontalière espagnole d’Irun, rassemblant 15.000 personnes selon les organisateurs, 9.000 selon les autorités.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite