Commissaire européen: le gouvernement propose le nom de Didier Reynders

Commissaire européen: le gouvernement propose le nom de Didier Reynders
Belga

Le gouvernement fédéral en affaires courantes a finalement fixé son choix de candidat belge à la Commission européenne: il s’agit du MR Didier Reynders, communique samedi soir le porte-parole du Premier ministre démissionnaire Charles Michel (MR), lui-même désigné récemment président du Conseil européen.

Jusqu’à aujourd’hui, deux noms circulaient principalement: celui de l’ex-vice-Premier ministre CD&V, Kris Peeters, et celui du vice-Premier ministre MR, tous deux membres de la coalition gouvernementale sortante.

Le PS avait cette semaine laissé entendre de son côté également pouvoir prétendre au poste, le nom de Laurette Onkelinx s’ajoutant alors également aux spéculations. Du côté des humanistes (cdH), on avait annoncé vendredi vouloir passer par une commission parlementaire, pour entre autres débattre d’une «vision», d’un «projet» à défendre au niveau européen, via la personne du futur commissaire encore à déterminer. Ecolo avait également émis le souhait d’un débat parlementaire, mais le gouvernement sortant ne l’a pas entendu de cette oreille. «Il revient au Gouvernement fédéral de décider de cette candidature», tranche la communication du Premier ministre. «Il apparaît que cette désignation comme candidat belge au poste de commissaire européen s’inscrit dans le concept d’affaires courantes au motif de son impérieuse nécessité pour les intérêts de l’état et de l’urgence de la matière».

Didier Reynders, actuellement «informateur royal» en vue de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral à la suite des élections de mai dernier, obtiendrait donc un poste européen, après avoir vu la Croate Marija Pejcinovic Buric préférée pour celui de secrétaire général du Conseil de l’Europe, qu’il visait.

«A ce stade, il n’y a pas de processus de formation, ni de préformation de gouvernement fédéral démarré en Belgique», rappelle samedi soir le porte-parole du Premier ministre. Un choix belge de commissaire europén était souhaitée «pour le lundi 26 août 2019», précise-t-il. «Les candidats auront ensuite des interviews avec la présidente élue. La Belgique devrait être auditionnée ce lundi 26 août dans l’après-midi. Ensuite le Conseil de l’Union européenne adoptera la liste des personnalités proposées comme membres de la Commission. Le Parlement européen validera ensuite (septembre-octobre) les candidatures et procédera à des auditions».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite