«Inacceptable», «coup de force»: le choix de Didier Reynders comme commissaire européen critiqué

«Inacceptable», «coup de force»: le choix de Didier Reynders comme commissaire européen critiqué
Belga

La N-VA considère qu’il est « inacceptable » que le gouvernement fédéral nomme Didier Reynders (MR) comme commissaire européen. « Ce gouvernement fédéral, qui n’a aucune légitimité démocratique, ressemble de plus en plus à une agence de travail temporaire pour les ministres actuels. De plus, après la présidence du Conseil de l’Europe remportée par Charles Michel, un autre poste de premier plan reviendra à un homme politique francophone », déclare Peter De Roover, chef du groupe N-VA à la Chambre.

>Commissaire européen : le gouvernement propose le nom de Didier Reynders

Il note également qu’Ursula von der Leyen avait demandé la nomination d’un homme et d’une femme au poste de commissaire européen, afin qu’elle puisse avoir autant d’hommes que de femmes dans sa commission.

Le nationaliste flamand n’est pas le seul à être mécontent de la décision de Charles Michel. Sur Twitter, Olivier Maingain, l’actuel président de Défi, a déclaré que cette nomination était une violation de la constitution et « demande la convocation de la Chambre pour mettre un terme à cette violation de la Constitution ». D’après lui, le gouvernement « ultra-minoritaire et désavoué aux élections du 23 mai procède à un coup de force constitutionnel en proposant Didier Reynders », comme président de la commission.

Du côté du PS, Elio Di Rupo « espère qu’un débat public approfondi pourra se tenir au Parlement fédéral afin de débattre des options que le candidat commissaire défendra auprès de l’Union européenne ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous