Philippe Gilbert très critique après le CLM inaugural de la Vuelta:«Certains virages étaient dangereux»

Philippe Gilbert très critique après le CLM inaugural de la Vuelta:«Certains virages étaient dangereux»

Philippe Gilbert s’est montré critique après le contre-la-montre par équipes inaugural du Tour d’Espagne au terme duquel son équipe Deceuninck-Quick Step a pris la 2e place à deux secondes d’Astana. L’équipe Jumbo-Visma a été victime d’une chute collective, qui a notamment gêné la formation belge. « C’était à prévoir sur un tel parcours », a déclaré le Remoucastrien à l’arrivée. « C’est dommage de voir un grand tour débuter de la sorte. »

« Nous avions remarqué vendredi lors de la reconnaissance du parcours que certains virages étaient dangereux. Samedi, vous passez dans ces virages à 60 ou 70 km/h. Et soudain cette voiture a surgi sur notre trajectoire. Heureusement nous avons réussi à l’éviter, nous avons échappé à une situation bien pire. »

Sans cette voiture Jumbo-Visma sur la trajectoire de la formation belge, Philippe Gilbert aurait sans doute pu porter le maillot rouge de leader dimanche au départ de la deuxième étape. Mais l’équipe Jumbo-Visma n’est pas la seule formation a avoir goûté au bitume de la Costa Blanca samedi soir. En effet, Fernando Gaviria et Fabio Aru (Team Emirates) sont eux aussi tombés. « Il y a soudainement eu de l’eau sur l’asphalte à l’approche d’un virage. Cela a provoqué une chute », a dit le grimpeur italien. « Ce n’est évidemment pas le départ idéal mais nous allons continuer à nous battre. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite