Johnson presse Trump de lever les «obstacles considérables» pour les entreprises britanniques aux USA

Johnson presse Trump de lever les «obstacles considérables» pour les entreprises britanniques aux USA
Photo News

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, dont le pays est en train de quitter l’Union européenne et qui cherche à resserrer ses liens avec les Etats-Unis, a pressé samedi Donald Trump de lever les «obstacles» pour les entreprises britanniques aux Etats-Unis.

«Il y a encore des obstacles considérables aux Etats-Unis pour les entreprises britanniques qui restent incompréhensibles», a déclaré Johnson à la presse, évoquant des interdictions pesant sur différents produits britanniques, allant des bacs de douche aux tourtes au porc.

Le Royaume-Uni cherche à se rapprocher des Etats-Unis pour compenser sa sortie de l’Union européenne du fait du Brexit, et les deux pays seraient en train de négocier un accord commercial.

«Il y a une opportunité énorme pour la Grande-Bretagne, mais nous devons comprendre que ça ne va pas être de tout repos», a déclaré Johnson, qui va rencontrer Trump dimanche en tête-à-tête au sommet du G7, une rencontre qui devrait en grande partie être consacrée aux questions commerciales.

Il s’agira de la première rencontre entre les deux hommes depuis que Johnson, fervent partisan du Brexit, a été désigné Premier ministre d’un pays en plein psychodrame à cause de la rupture prochaine avec l’Union europénne, son premier partenaire économique jusqu’ici.

«Il est très important, si nous passons un superbe accord de libre échange, que ce soit un libre échange qui profite aux entreprises britanniques», a-t-il déclaré, citant l’exemple des tourtes au porc, un pâté en croute typiquement britannique, qui sont par exemple vendues en Thaïlande ou en Islande selon lui, «mais qui actuellement ne peuvent pénétrer le marché américain».

«Il y a des opportunités massives pour les entreprises britanniques», a dit le dirigeant. «Nous essayons de les saisir, mais il va falloir que nos amis américains s’engagent et s’ouvrent, car pour l’instant il y a trop de restrictions».

Donald Trump est lui même un fervent défenseur des intérêt des entreprises américaine, il se montre intraitable dans leur défense. Il est entré dans une guerre commerciale avec la Chine, et a par exemple récemment menacer de taxer le vin français pour contrer une taxe votée en France sur les géants américains du numérique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Une fiscalité automobile intelligente: il est grand temps

    C’est peu risqué, mais prenons le pari : l’idée du gouvernement bruxellois d’imposer une taxe de congestion à l’entrée de la ville va faire hurler. Listons les arguments : option antisociale qui nuira aux plus pauvres, nouvelle manifestation de rage taxatoire visant les automobilistes « vaches à lait », mesure discriminatoire, non concertée avec les autres Régions, instrument inefficace puisqu’il n’y a pas d’alternatives et que les automobilistes « n’ont d’autre choix que de prendre leur voiture », décision...

    Lire la suite