Johnson presse Trump de lever les «obstacles considérables» pour les entreprises britanniques aux USA

Johnson presse Trump de lever les «obstacles considérables» pour les entreprises britanniques aux USA
Photo News

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, dont le pays est en train de quitter l’Union européenne et qui cherche à resserrer ses liens avec les Etats-Unis, a pressé samedi Donald Trump de lever les «obstacles» pour les entreprises britanniques aux Etats-Unis.

«Il y a encore des obstacles considérables aux Etats-Unis pour les entreprises britanniques qui restent incompréhensibles», a déclaré Johnson à la presse, évoquant des interdictions pesant sur différents produits britanniques, allant des bacs de douche aux tourtes au porc.

Le Royaume-Uni cherche à se rapprocher des Etats-Unis pour compenser sa sortie de l’Union européenne du fait du Brexit, et les deux pays seraient en train de négocier un accord commercial.

«Il y a une opportunité énorme pour la Grande-Bretagne, mais nous devons comprendre que ça ne va pas être de tout repos», a déclaré Johnson, qui va rencontrer Trump dimanche en tête-à-tête au sommet du G7, une rencontre qui devrait en grande partie être consacrée aux questions commerciales.

Il s’agira de la première rencontre entre les deux hommes depuis que Johnson, fervent partisan du Brexit, a été désigné Premier ministre d’un pays en plein psychodrame à cause de la rupture prochaine avec l’Union europénne, son premier partenaire économique jusqu’ici.

«Il est très important, si nous passons un superbe accord de libre échange, que ce soit un libre échange qui profite aux entreprises britanniques», a-t-il déclaré, citant l’exemple des tourtes au porc, un pâté en croute typiquement britannique, qui sont par exemple vendues en Thaïlande ou en Islande selon lui, «mais qui actuellement ne peuvent pénétrer le marché américain».

«Il y a des opportunités massives pour les entreprises britanniques», a dit le dirigeant. «Nous essayons de les saisir, mais il va falloir que nos amis américains s’engagent et s’ouvrent, car pour l’instant il y a trop de restrictions».

Donald Trump est lui même un fervent défenseur des intérêt des entreprises américaine, il se montre intraitable dans leur défense. Il est entré dans une guerre commerciale avec la Chine, et a par exemple récemment menacer de taxer le vin français pour contrer une taxe votée en France sur les géants américains du numérique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite