France: Ségolène Royal n’exclut pas d’être candidate à la présidentielle en 2022

France: Ségolène Royal n’exclut pas d’être candidate à la présidentielle en 2022

L’ex-candidate socialiste à la présidentielle française de 2007 Ségolène Royal a indiqué samedi ne pas exclure d’être à nouveau candidate en 2022. Elle a toutefois précisé qu’elle ne concourrait «pas sous le chapeau socialiste».

«Oui, c’est vrai», a répondu l’ancienne candidate battue par Nicolas Sarkozy, interrogée par Radio-Canada pour savoir si elle avait bien, lors d’une interview la veille en France, «laissé la porte entrouverte à une candidature peut-être en 2022». «Quand je vois à la fois la lenteur de la mutation écologique et la question des droits des femmes, du respect de la dignité de femmes, du nombre très faible de femmes aux responsabilités dans le monde, je me dis que ces combats-là doivent continuer à être conduits», a-t-elle expliqué lors de l’émission «Les faits d’abord», sur la radio publique francophone.

«Maintenant, on verra comment les choses se passent. Ce n’est pas du tout une déclaration de candidature; ce serait d’ailleurs très maladroit de ma part. Je me ferais immédiatement attaquer de toutes parts», a précisé Mme Royal.

Ecologie et féminisme en priorité

L’ancienne ministre socialiste de l’écologie, nommée ambassadrice des négociations sur les pôles Arctique et Antarctique par l’actuel président français Emmanuel Macron, a expliqué qu’elle souhaitait «continuer ses combats environnementaux et féministes».

«Oui, je serai présente sur les échéances politiques qui viennent pour défendre les valeurs auxquelles je crois et pour me mettre au service de ces valeurs». Sous quelle forme, on verra», a-t-elle ajouté. Envisage-t-elle ce combat «sous le chapeau socialiste» ? «Ah non, pas sous le chapeau socialiste, non», a-t-elle tranché. Sous les couleurs d’un nouveau parti ? «On verra, les choses se construisent tranquillement, on verra si elles vont jusqu’au bout ou pas», a conclu Mme Royal.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite