Le Belge prend de plus en plus de risques en vacances: déjà 162 morts à l’étranger depuis la fin du mois de juin

Le Belge prend de plus en plus de risques en vacances: déjà 162 morts à l’étranger depuis la fin du mois de juin

Le nombre de Belges décédés à l’étranger cet été est particulièrement élevé. Trois organisations d’assistance au voyage (Europ Assistance, Mutas et Touring) recensent déjà 162 morts depuis le dernier week-end de juin, alors que les vacances ne sont pas encore terminées. Europ Assistance comptabilise 14 décès, l’assistance internationale Mutas s’occupe de 65 familles de personnes décédées et chez Touring, le nombre de dossiers impliquant des décès s’élève désormais à 83.

« Il semble y avoir une tendance à se montrer de plus en plus téméraire en vacances », commente Xavier Van Caneghem, porte-parole d’Europ Assistance, dans le quotidien De Zondag.

Chez Touring, la majorité des décès sont dus à une maladie cardiovasculaire, précise le porte-partole Danny Smagghe. « Par exemple, un vacancier parti sur l’île Maurice est décédé d’insuffisance cardiaque pendant une excursion de plongée. Parfois, la différence de température joue également un rôle : les vacanciers restent assis pendant des heures dans une voiture surchauffée avant de plonger dans une eau froide dès leur arrivée. C’est extrêmement dangereux ».

La voiture justement est un autre facteur de risques. « Les gens ne sont pas habitués aux routes à l’étranger, ne connaissent pas le chemin ou sont parfois trop fatigués par une longue route… Le nombre d’accidents avec des caravanes et des camping-cars augmentent également, tout simplement parce que de plus en plus de vacanciers optent pour un tel transport ».

Chez Europ Assistance, la plupart des décès sont dus à des accidents de la route, suivis des problèmes de santé et d’autres accidents comme une chute après un faux pas ou une forte consommation d’alcool, des gens qui s’égarent et finissent par mourir, au cours de sorties sportives notamment. « Cela semble hélas devenir tendance de chercher à être un héros en voyage. Et d’ensuite afficher ses exploits sur les médias sociaux. C’est bien plus cool que de passer ses journées au bord de la piscine », ajoute Van Caneghem. « Les gens semblent rechercher quelque chose de plus relevé en vacances. La préparation et dans certains cas un accompagnement professionnel ne sont cependant pas à négliger. »

Touring constate une hausse du nombre d’accidents mortels liés à des escapades sportives. « Ce n’est pas très malin de se lancer dans des exploits à l’étranger, comme escalader une montagne, si on ne fait pas grand-chose chez soi », estime Danny Smagghe.

Plus de 10.000 dossiers

Tous les accidents ne sont heureusement pas fatals. Les organisations d’assistance au voyage gèrent principalement des dossiers concernant des soins médicaux, du bras cassé à l’infection. Touring a ouvert 2.062 dossiers à ce jour, un nombre en légère hausse par rapport à 2018. Europ Assistance en compte 1.900 (aussi en légère augmentation) et Mutas 6.900 (statu quo), pour un total de 10.862 dossiers. La chaleur a également joué un rôle là-dedans : le nombre de personnes souffrant de maux d’estomac ou intestinaux, d’infections alimentaires et de problèmes respiratoires est en augmentation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite