Le Belge prend de plus en plus de risques en vacances: déjà 162 morts à l’étranger depuis la fin du mois de juin

Le Belge prend de plus en plus de risques en vacances: déjà 162 morts à l’étranger depuis la fin du mois de juin

Le nombre de Belges décédés à l’étranger cet été est particulièrement élevé. Trois organisations d’assistance au voyage (Europ Assistance, Mutas et Touring) recensent déjà 162 morts depuis le dernier week-end de juin, alors que les vacances ne sont pas encore terminées. Europ Assistance comptabilise 14 décès, l’assistance internationale Mutas s’occupe de 65 familles de personnes décédées et chez Touring, le nombre de dossiers impliquant des décès s’élève désormais à 83.

« Il semble y avoir une tendance à se montrer de plus en plus téméraire en vacances », commente Xavier Van Caneghem, porte-parole d’Europ Assistance, dans le quotidien De Zondag.

Chez Touring, la majorité des décès sont dus à une maladie cardiovasculaire, précise le porte-partole Danny Smagghe. « Par exemple, un vacancier parti sur l’île Maurice est décédé d’insuffisance cardiaque pendant une excursion de plongée. Parfois, la différence de température joue également un rôle : les vacanciers restent assis pendant des heures dans une voiture surchauffée avant de plonger dans une eau froide dès leur arrivée. C’est extrêmement dangereux ».

La voiture justement est un autre facteur de risques. « Les gens ne sont pas habitués aux routes à l’étranger, ne connaissent pas le chemin ou sont parfois trop fatigués par une longue route… Le nombre d’accidents avec des caravanes et des camping-cars augmentent également, tout simplement parce que de plus en plus de vacanciers optent pour un tel transport ».

Chez Europ Assistance, la plupart des décès sont dus à des accidents de la route, suivis des problèmes de santé et d’autres accidents comme une chute après un faux pas ou une forte consommation d’alcool, des gens qui s’égarent et finissent par mourir, au cours de sorties sportives notamment. « Cela semble hélas devenir tendance de chercher à être un héros en voyage. Et d’ensuite afficher ses exploits sur les médias sociaux. C’est bien plus cool que de passer ses journées au bord de la piscine », ajoute Van Caneghem. « Les gens semblent rechercher quelque chose de plus relevé en vacances. La préparation et dans certains cas un accompagnement professionnel ne sont cependant pas à négliger. »

Touring constate une hausse du nombre d’accidents mortels liés à des escapades sportives. « Ce n’est pas très malin de se lancer dans des exploits à l’étranger, comme escalader une montagne, si on ne fait pas grand-chose chez soi », estime Danny Smagghe.

Plus de 10.000 dossiers

Tous les accidents ne sont heureusement pas fatals. Les organisations d’assistance au voyage gèrent principalement des dossiers concernant des soins médicaux, du bras cassé à l’infection. Touring a ouvert 2.062 dossiers à ce jour, un nombre en légère hausse par rapport à 2018. Europ Assistance en compte 1.900 (aussi en légère augmentation) et Mutas 6.900 (statu quo), pour un total de 10.862 dossiers. La chaleur a également joué un rôle là-dedans : le nombre de personnes souffrant de maux d’estomac ou intestinaux, d’infections alimentaires et de problèmes respiratoires est en augmentation.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  2. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

  3. Eden Hazard ne gardera pas un grand souvenir du Parc des Princes. @News

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite