Vincent Kompany sera aussi forfait pour les Diables rouges

Le défenseur loupera les matches à Saint-Marin et en Écosse.
Le défenseur loupera les matches à Saint-Marin et en Écosse. - News

En plus d’encaisser une nouvelle défaite à Genk, les Mauves ont perdu sur blessure leur leader, Vincent Kompany. Le verdict est tombé ce samedi : le joueur-manager est forfait pour les deux prochains matches des Diables rouges, à savoir les déplacements à Saint-Marin (6/9) et en Écosse (9/9).

À un petit peu plus d’une semaine du Clasico contre le Standard, le constat est critique pour le Sporting d’Anderlecht. Battus à Genk vendredi soir (1-0, Samatta), les Mauves proposent un maigre bilan de deux petits points sur quinze et confirment les inquiétudes qui commencent à jaillir autour de l’effectif.

S’il n’y a pas -encore- péril en la demeure, il n’en reste pas moins inquiétant que les Anderlechtois affichent un manque de régularité cruel, ne parvenant pas à conserver le même niveau de jeu nonante minutes durant. Si la première période à Genk était intéressante dans la circulation de balle, elle l’était nettement moins au retour des vestiaires, si ce n’est via deux opportunités en fin de match d’Adzic et Cobbaut. « C’est une nouvelle déception », regrettait à ce sujet Hendrik Van Crombrugge, le portier du RSCA. « Je pense que nous avons hérité des occasions en fin de partie pour revenir dans le coup. »

Un bref sursaut d’orgueil qui n’a pas suffi à remonter le but planté par Samatta peu avant l’heure de jeu. « On a vraiment concédé qu’une seule occasion à Genk… Et cela fait mouche. Il y a eu un moment de relâchement et les Limbourgeois en ont profité. »

Les sorties sur blessure de Kompany et Sandler n’ont pas empêché Anderlecht de dominer la fin de la rencontre à Genk. « On aurait pu stresser, mais le groupe a affiché la bonne mentalité. Il y a de la qualité et, malgré la jeunesse de nombreux éléments, on sent qu’on progresse. Les jeunes talents montrent qu’ils ont les moyens d’aider le club et prennent leurs responsabilités. Le plus important désormais, c’est de continuer de la sorte et d’enfin arracher cette première victoire. »

Car, forcément, avec un maigre 2/15, le Sporting pointe déjà loin des concurrents dans la course au titre. Peut-on déjà parler de crise. « Non, simplement de période difficile », se contentait de résumer Hendrik Van Crombrugge. « À nous de faire tourner le ballon rond, d’avoir cette chance de notre côté. Tout en continuer à travailler, tous ensemble. »

Et malgré tout, les fans mauves continuent de croire au projet amorcé avec Vincent Kompany. Vendredi soir, pendant de longues minutes, les Anderlechtois se sont assis devant la tribune de leurs fans en les applaudissant. « Par respect, tout simplement. Dans la situation où on est, ils continuent à nous soutenir. C’est positif pour un jeune groupe de bénéficier d’un tel soutien. »

Un soutien qui sera encore plus important dans une semaine, lors du Clasico face au Standard…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite