MotoGP: Alex Rins vainqueur sur le fil à Silverstone devant Marc Marquez

MotoGP: Alex Rins vainqueur sur le fil à Silverstone devant Marc Marquez
Reuters

L’Espagnol Alex Rins (Suzuki) a remporté dimanche le Grand Prix motoGP de Grande-Bretagne en battant sur le fil son compatriote Marc Marquez (Honda), dominateur tout au long de la course, qui s’est consolé en prenant une sérieuse option sur un sixième titre en raison de l’abandon de son dauphin italien Andrea Dovizioso (Ducati).

Rins a passé Marquez dans le dernier virage et a franchi la ligne d’arrivée avec une demi-roue d’avance.

C’est le deuxième succès cette année après celui des Amériques, du jeune Espagnol âgé de 23 ans.

La course a été marquée par la chute dès le premier virage du Français Fabio Quartararo (Yamaha-SRT), quatrième sur la grille de départ, qui a entraîné avec lui Dovizioso, évacué de la piste sur une civière.

C’est un troisième espagnol, Maverick Vinales (Yamaha), qui est monté sur la troisième marche du podium devant son coéquipier Valentino Rossi. Parti deuxième, ce dernier n’a pourtant jamais été en mesure de se mêler à la course en tête.

« C’est incroyable, je n’ai pas de mots », s’est exclamé Rins à l’arrivée. « J’ai failli faire une grosse erreur dans l’avant-dernier tour, mais je savais que j’étais plus rapide que lui et je l’ai eu ! », a-t-il précisé, concluant avec un sonore « Vamos ! ».

« Mon but n’était pas la course mais le championnat », a tempéré Marquez à l’arrivée en soulignant qu’il disposait désormais avec 250 points d’une avance de 78 points sur Dovizioso (172) lui-même désormais sous la menace de Rins (149) qui prend la troisième place à l’autre pilote Ducati Danilo Petrucci (145), classé 7e dimanche.

La prochaine épreuve est le Grand Prix de Saint-Marin dans 15 jours, 13e manche du championnat qui en compte 19.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • afp

    Par DOMINIQUE DRICOT

    MotoGP

    MotoGP: Marc Marquez et Honda dans la tourmente

  • Après le volant qui tourne à gauche et à droite, Lewis Hamilton a expérimenté celui qui va d’avant en arrière...

    Par THIERRY WILMOTTE

    Formule 1

    Formule 1: «nouvelle direction» chez Mercedes

  • Rien de neuf sous le soleil de Barcelone ? Mercredi en tout cas, Hamilton s’est montré le plus rapide lors des premiers « essais hivernaux ».

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Formule 1: une dernière saison qui pourra rimer avec pognon

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite