Coup de théâtre au G7: le ministre iranien des Affaires étrangères est à Biarritz

Javad Zarif
Javad Zarif - Reuters

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, est arrivé dimanche après-midi au G7. Cette arrivée surprise était pressentie depuis qu’un avion officiel iranien s’était posé à 14h13 à l’aéroport de Biarritz.

Vendredi, Mohammad Javad Zarif s’était déjà rendu en France, à Paris, pour y rencontrer le président Emmanuel Macron avant le début du G7, où la crise autour de l’accord sur le nucléaire iranien fait partie des points de discussion principaux.

Selon l’Elysée, Zarif doit rencontrer désormais le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, tandis qu’aucune entrevue n’est prévue avec les Américains. La présidence française a souligné que cette visite avait lieu à l’initiative de Paris et non du G7.

Nucléaire iranien: Téhéran met en garde les Européens contre toute escalade

Plus tôt dimanche, le désaccord entre les participants aux G7 était apparu quand Donald Trump avait indiqué «ne pas avoir discuté» à Biarritz d’un message commun du G7 envers Téhéran. Emmanuel Macron s’était empressé de rectifier des rumeurs, précisant qu’il n’avait pas de «mandat» du G7 pour s’adresser à l’Iran mais continuerait à agir dans son propre rôle, au nom de la France.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite