D1A: le Standard s'impose face à Courtrai et prend la première place du classement (2-1)

D1A: le Standard s'impose face à Courtrai et prend la première place du classement (2-1)
PhotoNews

Le Standard de Liège a remporté, in extremis, son match contre Courtrai (2-1) dimanche lors de la cinquième journée de D1A. À dix à la suite de l’exclusion de Maxime Lestienne dès la 23e et menés 0-1 après un but d’Eric Ocansey, les Liégeois ont inversé la tendance grâce Konstantinos Laifis et Selim Amallah dans les dix dernières minutes. Avec douze points, le Standard a pris les commandes du championnat alors que Courtrai est 8e (7 pts).

Les Liégeois ont dominé le début de rencontre de la tête et des épaules. Le Standard aurait pu ouvrir le score via Paul-José Mpoku mais le Congolais, en duel face à Sébastien Bruzzese après un geste technique, a buté sur le gardien courtraisien. La partie a alors basculé à la 23e minute. Déjà averti pour une simulation dès la 3e minute, Maxime Lestienne pensait avoir débloqué la rencontre en marquant sur corner. Mais le VAR est intervenu et Alexandre Boucaut, arbitre de la rencontre, a adressé au Liégeois une seconde carte jaune, coupable d’avoir utilisé son bras pour marquer. Alors que Courtrai n’avait jamais réellement inquiété Arnaud Bodart, il a pris les commandes sur un but de la tête marqué par Eric Ocansey (0-1, 34e).

En seconde période, le Standard a longtemps buté sur la défense des ’Kerels’. Monté à la 59e minute, Mehdi Carcela a fait la différence grâce à sa vivacité. Anthony Limbombe, lui aussi venu du banc, a vu sa frappe sauvée sur la ligne par un défenseur courtraisien (81e). Dans la foulée, les Liégeois ont égalisé grâce à une tête de Konstantinos Laifis sur corner (1-1, 82e). Sur un magnifique service dans l’espace de Carcela, Selim Amallah a placé le ballon au-dessus de Bruzzese (2-1, 89e), délivrant Sclessin. Courtrai, pourtant en infériorité numérique pendant plus d’une heure, n’a pas pu profiter des espaces laissés par le Standard.

Les compositions

Standard : Bodart – Vojovoda, Bokadi, Laifis, Gavory (Boljevic, 82e) – Cimirot (Carcela, 59e), Bastien, Amallah – Lestienne, Mpoku, Emond (Limbombe, 71e)

Courtrai : Bruzzese – Golubovic (Rougeaux, 46e), Hines-Ike, Kagelmacher – De Sart, Van der Bruggen – Ocansey, Ajagun (Lepoint, 83e), Kage (Azouni, 44e) – Mboyo.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gaëtan Servais, patron de Meusinvest, fera partie des nouveaux administrateurs.

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite