D1A: le Standard s'impose face à Courtrai et prend la première place du classement (2-1)

D1A: le Standard s'impose face à Courtrai et prend la première place du classement (2-1)
PhotoNews

Le Standard de Liège a remporté, in extremis, son match contre Courtrai (2-1) dimanche lors de la cinquième journée de D1A. À dix à la suite de l’exclusion de Maxime Lestienne dès la 23e et menés 0-1 après un but d’Eric Ocansey, les Liégeois ont inversé la tendance grâce Konstantinos Laifis et Selim Amallah dans les dix dernières minutes. Avec douze points, le Standard a pris les commandes du championnat alors que Courtrai est 8e (7 pts).

Les Liégeois ont dominé le début de rencontre de la tête et des épaules. Le Standard aurait pu ouvrir le score via Paul-José Mpoku mais le Congolais, en duel face à Sébastien Bruzzese après un geste technique, a buté sur le gardien courtraisien. La partie a alors basculé à la 23e minute. Déjà averti pour une simulation dès la 3e minute, Maxime Lestienne pensait avoir débloqué la rencontre en marquant sur corner. Mais le VAR est intervenu et Alexandre Boucaut, arbitre de la rencontre, a adressé au Liégeois une seconde carte jaune, coupable d’avoir utilisé son bras pour marquer. Alors que Courtrai n’avait jamais réellement inquiété Arnaud Bodart, il a pris les commandes sur un but de la tête marqué par Eric Ocansey (0-1, 34e).

En seconde période, le Standard a longtemps buté sur la défense des ’Kerels’. Monté à la 59e minute, Mehdi Carcela a fait la différence grâce à sa vivacité. Anthony Limbombe, lui aussi venu du banc, a vu sa frappe sauvée sur la ligne par un défenseur courtraisien (81e). Dans la foulée, les Liégeois ont égalisé grâce à une tête de Konstantinos Laifis sur corner (1-1, 82e). Sur un magnifique service dans l’espace de Carcela, Selim Amallah a placé le ballon au-dessus de Bruzzese (2-1, 89e), délivrant Sclessin. Courtrai, pourtant en infériorité numérique pendant plus d’une heure, n’a pas pu profiter des espaces laissés par le Standard.

Les compositions

Standard : Bodart – Vojovoda, Bokadi, Laifis, Gavory (Boljevic, 82e) – Cimirot (Carcela, 59e), Bastien, Amallah – Lestienne, Mpoku, Emond (Limbombe, 71e)

Courtrai : Bruzzese – Golubovic (Rougeaux, 46e), Hines-Ike, Kagelmacher – De Sart, Van der Bruggen – Ocansey, Ajagun (Lepoint, 83e), Kage (Azouni, 44e) – Mboyo.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • @News

    Par Guillaume Raedts

    Anderlecht

    Michel Vlap est sur courant alternatif à Anderlecht

  • Lionel Messi - ici, entre deux joueurs du Borussia Dortmund lors de la première journée de la Ligue des champions, mardi soir
: le Barça a finalement accepté de régler l’ardoise fiscale à sa place...

    Par Yann Philippin (Mediapart), Begona Ramirez (InfoLibre) et EIC - European Investigative Collaborations

    Football

    Football Leaks: le nouveau dribble fiscal du clan Messi

  • Ilaimaharitra est déjà l’un des cadres de Belhocine.

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    SC Charleroi: un onze qui rafle 90% de temps de jeu

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite