D1A: le Standard s'impose face à Courtrai et prend la première place du classement (2-1)

D1A: le Standard s'impose face à Courtrai et prend la première place du classement (2-1)
PhotoNews

Le Standard de Liège a remporté, in extremis, son match contre Courtrai (2-1) dimanche lors de la cinquième journée de D1A. À dix à la suite de l’exclusion de Maxime Lestienne dès la 23e et menés 0-1 après un but d’Eric Ocansey, les Liégeois ont inversé la tendance grâce Konstantinos Laifis et Selim Amallah dans les dix dernières minutes. Avec douze points, le Standard a pris les commandes du championnat alors que Courtrai est 8e (7 pts).

Les Liégeois ont dominé le début de rencontre de la tête et des épaules. Le Standard aurait pu ouvrir le score via Paul-José Mpoku mais le Congolais, en duel face à Sébastien Bruzzese après un geste technique, a buté sur le gardien courtraisien. La partie a alors basculé à la 23e minute. Déjà averti pour une simulation dès la 3e minute, Maxime Lestienne pensait avoir débloqué la rencontre en marquant sur corner. Mais le VAR est intervenu et Alexandre Boucaut, arbitre de la rencontre, a adressé au Liégeois une seconde carte jaune, coupable d’avoir utilisé son bras pour marquer. Alors que Courtrai n’avait jamais réellement inquiété Arnaud Bodart, il a pris les commandes sur un but de la tête marqué par Eric Ocansey (0-1, 34e).

En seconde période, le Standard a longtemps buté sur la défense des ’Kerels’. Monté à la 59e minute, Mehdi Carcela a fait la différence grâce à sa vivacité. Anthony Limbombe, lui aussi venu du banc, a vu sa frappe sauvée sur la ligne par un défenseur courtraisien (81e). Dans la foulée, les Liégeois ont égalisé grâce à une tête de Konstantinos Laifis sur corner (1-1, 82e). Sur un magnifique service dans l’espace de Carcela, Selim Amallah a placé le ballon au-dessus de Bruzzese (2-1, 89e), délivrant Sclessin. Courtrai, pourtant en infériorité numérique pendant plus d’une heure, n’a pas pu profiter des espaces laissés par le Standard.

Les compositions

Standard : Bodart – Vojovoda, Bokadi, Laifis, Gavory (Boljevic, 82e) – Cimirot (Carcela, 59e), Bastien, Amallah – Lestienne, Mpoku, Emond (Limbombe, 71e)

Courtrai : Bruzzese – Golubovic (Rougeaux, 46e), Hines-Ike, Kagelmacher – De Sart, Van der Bruggen – Ocansey, Ajagun (Lepoint, 83e), Kage (Azouni, 44e) – Mboyo.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 50710002

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite