D1A: le Standard s'impose face à Courtrai et prend la première place du classement (2-1)

D1A: le Standard s'impose face à Courtrai et prend la première place du classement (2-1)
PhotoNews

Le Standard de Liège a remporté, in extremis, son match contre Courtrai (2-1) dimanche lors de la cinquième journée de D1A. À dix à la suite de l’exclusion de Maxime Lestienne dès la 23e et menés 0-1 après un but d’Eric Ocansey, les Liégeois ont inversé la tendance grâce Konstantinos Laifis et Selim Amallah dans les dix dernières minutes. Avec douze points, le Standard a pris les commandes du championnat alors que Courtrai est 8e (7 pts).

Les Liégeois ont dominé le début de rencontre de la tête et des épaules. Le Standard aurait pu ouvrir le score via Paul-José Mpoku mais le Congolais, en duel face à Sébastien Bruzzese après un geste technique, a buté sur le gardien courtraisien. La partie a alors basculé à la 23e minute. Déjà averti pour une simulation dès la 3e minute, Maxime Lestienne pensait avoir débloqué la rencontre en marquant sur corner. Mais le VAR est intervenu et Alexandre Boucaut, arbitre de la rencontre, a adressé au Liégeois une seconde carte jaune, coupable d’avoir utilisé son bras pour marquer. Alors que Courtrai n’avait jamais réellement inquiété Arnaud Bodart, il a pris les commandes sur un but de la tête marqué par Eric Ocansey (0-1, 34e).

En seconde période, le Standard a longtemps buté sur la défense des ’Kerels’. Monté à la 59e minute, Mehdi Carcela a fait la différence grâce à sa vivacité. Anthony Limbombe, lui aussi venu du banc, a vu sa frappe sauvée sur la ligne par un défenseur courtraisien (81e). Dans la foulée, les Liégeois ont égalisé grâce à une tête de Konstantinos Laifis sur corner (1-1, 82e). Sur un magnifique service dans l’espace de Carcela, Selim Amallah a placé le ballon au-dessus de Bruzzese (2-1, 89e), délivrant Sclessin. Courtrai, pourtant en infériorité numérique pendant plus d’une heure, n’a pas pu profiter des espaces laissés par le Standard.

Les compositions

Standard : Bodart – Vojovoda, Bokadi, Laifis, Gavory (Boljevic, 82e) – Cimirot (Carcela, 59e), Bastien, Amallah – Lestienne, Mpoku, Emond (Limbombe, 71e)

Courtrai : Bruzzese – Golubovic (Rougeaux, 46e), Hines-Ike, Kagelmacher – De Sart, Van der Bruggen – Ocansey, Ajagun (Lepoint, 83e), Kage (Azouni, 44e) – Mboyo.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite