Paul-José Mpoku, après la victoire du Standard contre Courtrai: «On ne peut pas toujours gagner en jouant bien»

Paul-José Mpoku, après la victoire du Standard contre Courtrai: «On ne peut pas toujours gagner en jouant bien»
Belga

Le Standard de Liège a remporté, in extremis, son match contre Courtrai (2-1) dimanche lors de la cinquième journée de D1A. A dix à la suite de l’exclusion de Maxime Lestienne dès la 23e et menés 0-1 après un but d’Eric Ocansey, les Liégeois ont inversé la tendance grâce Konstantinos Laifis et Selim Amallah dans les dix dernières minutes. Avec douze points, le Standard a pris les commandes du championnat alors que Courtrai est 8e (7 pts).

Paul-José Mpoku (Standard) : « Très heureux de cette victoire. Tout le monde s’est donné à fond. Mehdi (Carcela), on le connait, on sait qu’il est capable de faire la différence à tout moment. Amallah finit bien l’action, aussi, sur le deuxième but. On ne peut pas toujours gagner en jouant bien, donc les matches comme celui-ci sont importants. On l’a fait avec de l’envie, de la grinta, de la rage. Merci aux supporters qui nous ont soutenus jusqu’au bout, comme d’habitude. »

Julien De Sart (Courtrai) :« On été cons, désolé de le dire. On a arrêté de jouer en deuxième période. Je ne comprends pas, je suis très déçu. C’est inexplicable. Effectivement, on a peut-être manqué d’audace. Je ne sais pas si c’est mentalement ou physiquement que l’on a flanché. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite