Le festival des Solidarités a totalisé plus de 60.000 entrées à Namur

Les Solidarites ont totalisé plus de 60.000 entrées à Namur
Les Solidarites ont totalisé plus de 60.000 entrées à Namur - Belga

La 7e édition des Solidarités a totalisé près de 60.000 entrées à Namur, ont indiqué les organisateurs dimanche en fin de journée. Une fréquentation synonyme de record pour le festival musical et culturel à vocation familiale orchestré par la mutualité Solidaris, qui se déroulait pour la première fois sur trois jours, au lieu de deux par le passé.

Quelque 15.000 entrées ont été recensées vendredi, avec Pascal Obispo en tête d’affiche. Samedi, ce sont près de 28.000 personnes qui étaient présentes à la Citadelle de Namur, avec Angèle en point d’orgue. La fréquentation exacte dimanche n’est pas encore connue.

Carton plein pour Angèle et Les Solidarités ce samedi à Namur (photos et vidéo)

« Nous ne sommes pas fixés sur les chiffres et il faut encore faire les comptes. Globalement, on peut dire que nous avons comptabilisé entre 60.000 et 70.000 entrées en trois jours », a précisé Martin Wauthy, directeur du festival. « Le plus important, c’est que Les Solidarités ont avant tout été une grande fête populaire, à l’image des 15.000 enfants qui ont foulé le site. On remercie aussi la météo, qui a été très clémente avec nous. »

Jusqu’à présent, le festival avait annoncé un maximum de 50.000 entrées en deux jours. En passant à trois jours, il a donc fait un bon considérable en avant. Mais il ne veut pas perdre son côté familial et reste dépendant de la capacité du site qui l’accueille. « Nous aurions pu vendre beaucoup plus de tickets pour samedi, avec Angèle à l’affiche. Cependant, nous avons préféré limiter l’affluence », a encore expliqué Martin Wauthy. « Dimanche, nous avons aussi pris la décision de limiter la capacité du site à 25.000 personnes pour que tout le monde soit confortable, en arrêtant de vendre des billets dès samedi matin. Au final, nous avons eu quelques milliers de spectateurs en moins que prévu en ce dernier jour, mais c’était très bien comme ça. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite