Incendies en Amazonie: Emmanuel Macron insulté sur Twitter par un ministre de Jair Bolsonaro

Incendies en Amazonie: Emmanuel Macron insulté sur Twitter par un ministre de Jair Bolsonaro
AFP

Le président français Emmanuel Macron, en première ligne dans les pressions exercées sur Jair Bolsonaro pour la lutte contre les incendies en Amazonie, était dimanche copieusement insulté sur Twitter au Brésil, y compris par un ministre.

« Macron n’est pas à la hauteur de ce débat. C’est juste un crétin opportuniste qui cherche le soutien du lobby agricole français », a ainsi écrit le ministre de l’Education Abraham Weintraub, en référence à l’opposition du président français à l’accord de libre-échange UE-Mercosur. Le terme, très loin des usages diplomatiques, utilisé en portugais (« calhorda ») n’a pas d’équivalent en français mais se trouve à la croisée de « tricheur », « crétin » et « connard ».

Incendies en Amazonie : Macron accuse Bolsonaro d’avoir « menti » sur le climat

« La France est un pays d’extrêmes. Elle a produit des hommes comme Descartes ou Pasteur, mais aussi des collaborateurs » sous les nazis pendant la deuxième guerre mondiale, écrit M. Weintraub. Au milieu d’une rafale de tweets, le ministre poursuit : « Ils ont choisi un président sans caractère » et « il faut attaquer ce crétin de Macron ». Olavo de Carvalho, écrivain et « gourou » de Jair Bolsonaro, exilé aux Etats-Unis, a de son côté forgé sur Twitter le nom de « Macrocon ».

L’Amazonie a jeté de l’huile sur le feu d’une relation franco-brésilienne qui s’est tendue après l’arrivée au pouvoir à Brasilia du président d’extrême droite.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    D1A: une vraie classe de différence entre Bruges et Anderlecht

  2. L’auteur californien de 55
ans publie son premier livre depuis 2010. «
Ce n’est pas une fiction, c’est moins risqué
», dit-il.

    Bret Easton Ellis au «Soir»: «Les gens ont surréagi à l’élection de Trump»

  3. Le parti veut organiser un nouveau référendum, dans les six mois où il arriverait au pouvoir.

    Brexit: le Parti travailliste hésite à combattre le Brexit

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite