La pause de midi du travailleur belge plus courte que celle de ses collègues européens

La pause de midi du travailleur belge plus courte que celle de ses collègues européens
D.R

Vingt-deux minutes, c’est la durée moyenne de la pause lunch du Belge, le travailleur européen le moins bien loti, d’après une étude réalisée par le site d’emploi StepStone.

Le travailleur belge est celui qui prend le moins de temps lors de sa pause de midi, avec 22 minutes au compteur en moyenne, tandis que ses collègues britanniques, allemands et français prennent respectivement 24, 25 et 29 minutes de pause. Le temps de pause accordé varie également beaucoup selon les employeurs.

Travailler plus de 10 heures par jour de façon prolongée expose au risque d’AVC, selon une étude

Fait marquant, la plupart des employés européens écourtent leur pause repas (de 49 % à environ 60 %). En France, on note que – contrairement aux autres pays étudiés – plus de 50 % des employés prennent la totalité de leur pause « déjeuner ».

La principale raison qui pousse les employés à ne pas prendre la totalité de leur pause est similaire dans tous les pays : la surcharge de travail. En moyenne, 65 à 75 % des employés le ressentent comme tel. En France, 41 % des employés ont déclaré ne pas prendre leur pause de midi pour cette raison. Les participants mentionnent également d’autres raisons, comme la possibilité de quitter le travail plus tôt ou le fait de devoir assumer les tâches des collègues.

StepStone a réalisé cette enquête sur la base d’un échantillon de plus de 10.000 personnes en Belgique et dans plusieurs pays voisins.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Thienpont (Le Soir).

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite