Le chef Raoni à l’issue du G7: «C’est Jair Bolsonaro qui crée les problèmes, pas Emmanuel Macron»

Le chef indigène Raoni Metuktire s’est exprimé sur la situation alarmante en Amazonie, lors d’une conférence de presse ce 26 août 2019.
Le chef indigène Raoni Metuktire s’est exprimé sur la situation alarmante en Amazonie, lors d’une conférence de presse ce 26 août 2019. - Reuters

Le président français Emmanuel Macron a rencontré lundi soir le cacique Raoni, figure de la lutte contre la déforestation en Amazonie, a annoncé ce dernier lors d’une conférence de presse à Bidart, près de Biarritz où s’est clôt le sommet du G7.

« On a parlé avec le président Macron de beaucoup de sujets et nous avons eu une bonne discussion », a-t-il dit dans sa langue via deux interprètes. « J’ai demandé au président Macron qu’il nous aide à préserver nos terres ».

« Il va convaincre les chefs d’Etat d’aider l’Amazonie avec les incendies et l’état critique de la forêt », a dit le chef du peuple kayapo, 89 ans, portant sa coiffe traditionnelle jaune.

Jair Bolsonaro critique Brigitte Macron : « Ce n’est pas digne d’un dirigeant », lance le président français

Jair Bolsanoro sous le feu des critiques

Le G7 est aussi tombé d’accord pour un plan d’aide à la reforestation, au niveau de l’ONU, qui doit être finalisé à l’Assemblée générale des Nations unies fin septembre.

« Les forêts et les terres du Brésil aident toute la planète à vivre », a souligné Raoni Metuktire, inlassable combattant pour le respect des droits des communautés indigènes.

Selon cet adversaire déclaré du président brésilien Jair Bolsonaro, c’est ce dernier qui « incite les fermiers et les entreprises minières à mettre le feu à l’Amazonie ».

Vendredi dans un entretien à l’AFP, Raoni avait demandé l’aide de la communauté internationale pour contribuer à « faire partir le plus vite possible » Bolsonaro.

« Pas Macron »

« C’est lui en vérité qui crée les problèmes, qui accentue ces destructions, ces incendies, l’exploration minière. C’est lui qui est en train de coloniser (l’Amazonie), et pas Macron ».

Le président brésilien a accusé Emmanuel Macron de « colonialisme » au sujet de son idée de soutien international en faveur de l’Amazonie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous