US Open: Serena Williams écrase Maria Sharapova en deux sets

US Open: Serena Williams écrase Maria Sharapova en deux sets
AFP

Ce devait être le choc de la première journée en ouverture de la session nocturne sur le monumental court Arthur-Ashe, mais il n’y a pas eu de match : l’Américaine Serena Williams a pulvérisé la Russe Maria Sharapova 6-1, 6-1.

« Ce n’est jamais facile de jouer contre Maria. Après le tirage au sort, tous mes entraînements ont été très durs, très pointus, parce que c’était un tirage vraiment très difficile », a déclaré Williams au terme d’un match qui n’a même pas duré une heure (59 minutes).

Sharapova, lauréate à Flushing Meadows en 2006 et elle aussi ex-N.1 mondiale, aura tout tenté, y compris les montées à la volée qui n’ont jamais réellement fait partie de son arsenal.

Mais en face, engoncée dans une drôle de combinaison noire ras du cou aux manches longues et au short très court, Serena, aujourd’hui 8e mondiale, a été parfaitement intraitable.

Après avoir remporté le premier set en 24 minutes, elle n’a jamais levé le pied. Ainsi, alors que Sharapova disposait de deux balles de débreak pour revenir à 2-2, l’Américaine a aligné quatre points d’affilée pour finalement se détacher 3-1 et remporter tous les jeux qui ont suivi.

Finaliste l’an dernier et toujours en quête d’un 7e trophée à Flushing Meadows après 1999, 2002, 2008, 2012, 2013 et 2014, Williams attend encore de remporter son premier tournoi depuis son retour de maternité en mars 2018. Son dernier trophée remonte donc à l’Open d’Australie, son 23e Majeur en janvier 2017, malgré trois finales de Grand Chelem disputées depuis.

« On va s’amuser »

Et sa saison 2019 a été également contrecarrée par des problèmes à un genou et, ces dernières semaines, au dos. « Le corps va bien », a assuré l’Américaine après sa qualification lundi. « Mon dos va beaucoup mieux, donc on va bien s’amuser ! », a-t-elle lancé à un public ravi.

Les autres principales favorites au titre qui entraient en lice lundi ont connu beaucoup plus de difficultés à se qualifier. Karolina Pliskova, 3e mondiale, a ainsi mis 1h46 pour écarter sa compatriote tchèque issue des qualifications Tereza Martincova (138e) 7-6 (8/6), 7-6 (7/3).

« Ce n’est pas ma meilleure performance, mais elle, elle a fait un grand match », a déclaré Pliskova à l’issue de ce duel de 1h46. « Perdre trois jeux de service d’entrée de match, ce ne sera pas possible pour la suite », a-t-elle reconnu. « Mais gagner deux tie-breaks, c’est positif ».

Ashleigh Barty, N.2 à la WTA et qui, comme Pliskova, convoite le trône mondial à New York, a elle aussi connu des ratés à l’allumage. Elle a dû batailler trois sets pour éliminer la Kazakhe Zarina Diyas (80e) 1-6, 6-3, 6-2.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite