Accueil Léna

L’étonnant succès du tourisme à Tchernobyl

La zone d’exclusion autour du réacteur nucléaire affiche des records d’affluence. Les tour-opérateurs, qui ont fait le plein de clients cet été, voient leurs chiffres s’envoler après le succès de la série américaine.

Avec LéNA, retrouvez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

Une longue route de bitume qui coupe en deux une forêt de conifères. Deux biches qui s’échappent à la vue de la voiture. Pour un peu, on se croirait dans les Landes, sur le chemin de la plage. Mais un check-point gardé par des hommes en treillis ramène les passagers à la réalité. Ici commence la zone d’exclusion de Tchernobyl : un rayon irrégulier de 30 kilomètres, tracé autour de la centrale, à cheval entre l’Ukraine et la Biélorussie.

Autour, des touristes embarqués dans des mini-vans attendent patiemment leur laissez-passer : « Follow me, and you will survive » est-il écrit sur le tee-shirt d’une guide (suivez-moi et vous survivrez). On nous tend un papier à signer : une décharge juridique en cas de pépin de santé, et un guide de bonnes pratiques à respecter. Les bras et les jambes doivent être couverts. Plus bas, on lit qu’il est interdit de se baigner dans les points d’eau environnant la centrale. En avait-on vraiment envie ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Bernard Jean-pierre, dimanche 1 septembre 2019, 19:53

    il y a une dizaine d'années des ingénieurs belges, français, italiens, allemands ont passé deux année pour construire les uns une usine de traitement des déchets liquides (belges) d'autres une usine de traitement des déchets solides. Ils ne logeaient pas sur le site mais à Slavoutich (60 km). Je suis allé personnellement sur le site et ai aussi visité Pripiat. Les ingénieurs se rendaient TOUS les jours (en train ou en mini-bus) eet 10.00 personnes se trouvaient sur le site TOUS les jours (ls femmes de ménage vidaient les cendriers des employers ukrainiens sns travail !). J'ai mangé dans un des deux restaurants du site. Le site a produit plus d'électricité après la catastrophe, qu'avant, et les centrales n'ont arrêté qu'à la condition que les occidentaux compensent les pertes de productivité. On nous raconte des salades sur cette histoire ! Catastrophe OUI, qu'il faut à tout prix éviter OUI, mais l'automobile "produit" plus de morts que le nucléaire ! Tous les accidents nucléaires ont été provoqués par des fous, ou des inconscients ((même Fukushima). Faute d'une autre alternative, je suis pour le nucléaire, mais je suis pour des contraintes de sécurité MAXIMUM. En ce qui concerne TCHERNOBYL, on nous raconte en ce qui concerne les conséquences actuelles "des salades". Je suis POUR des informations précises, réalistes, contrôlées. Je suis allé sur le site de Tchernobyl, personnellement, je sais de quoi je parle.Et que l'on arrête de dramatiser beaucoup plus que pour d'autres accidents bien plus conséquents.

  • Posté par Esquenet Alexandre, samedi 31 août 2019, 10:33

    La série Chernobyl est en effet d'enfer!

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs