Port du voile à l’école: l’interdiction viole la liberté de culte, d’après un tribunal de première instance

Photo d’illustration
Photo d’illustration - Belga

L’interdiction du port de signes convictionnels comme le stipule le règlement de l’athénée De Ring à Louvain viole la liberté de religion, estime le tribunal de première instance de Louvain. Si l’école devait à nouveau interdire le port du voile, elle risquerait de se voir infliger une astreinte de 300 euros par infraction.

La plainte d’une élève de 17 ans visait la coupole de l’enseignement GO! et la direction du groupe scolaire Huis 11, auquel l’athénée louvaniste appartient. L’interdiction du port de signes convictionnels remontait au 11 septembre 2009 mais son entrée en vigueur avait été retardée jusqu’à l’année scolaire 2013-2014 en raison de procédures devant le Conseil d’État et la Cour constitutionnelle.

L’élève, de confession musulmane, portait le foulard à l’école par conviction religieuse et avec le soutien de ses parents. Ceux-ci avaient mis en demeure la direction de l’école en mars 2018, en lui enjoignant de mettre fin à ce qu’ils estimaient être une violation de la liberté de culte et une discrimination. Après une tentative de conciliation infructueuse, les parents avaient cité la direction devant le tribunal de première instance. Les parents y demandaient l’autorisation du port d’un hijab (voile islamique), garantie selon eux par l’article 19 de la Constitution et l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme.

De son côté, la coupole Go! justifiait l’interdiction par trois motifs, selon elle, légitimes: égalité des chances en matière d’éducation, limitation des comportements non conformes au projet pédagogique et garantie de la neutralité.

Pour le tribunal, une interdiction générale peut se justifier dans une société démocratique, par exemple pour réconcilier des communautés religieuses ou gérer des conflits. «Mais dans le contexte belge actuel, il n’est pas question d’une situation problématique avec des tensions religieuses», constate le tribunal. Les cas problématiques évoqués par Go! , notamment à Termonde et Anvers, sont des cas isolés, selon le tribunal. Pour ce dernier, le contexte propre à l’école ne justifie par davantage une interdiction du port du voile.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite