Découverte du plus grand site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou (photos)

Découverte du plus grand site de sacrifice rituel d'enfants au Pérou (photos)

Une équipe d'archéologues a mis au jour les restes de 227 enfants sacrifiés selon un rituel de la culture précolombienne Chimu, présente sur la côte nord du Pérou actuel jusqu'à la fin du XVe siècle, a indiqué mardi à l'AFP l'archéologue Feren Castillo, une découverte d'une ampleur sans équivalent dans le monde.

«Il s'agit du plus grand site de sacrifice d'enfants,» a expliqué l'archéologue depuis la ville de Trujillo, précisant que les fouilles commencées en 2018 se situaient sur le site de Pampa la Cruz, dans la station balnéaire de Huanchaco, à quelque 700 kilomètres au nord de Lima.

Les enfants, âgés entre 4 et 14 ans, ont été tués selon un rituel offert aux dieux de la civilisation Chimu censé apaiser leur colère, supposée responsable des catastrophes naturelles liées au phénomène climatique El Niño. Les archéologues ont d'ailleurs trouvé des preuves d'un épisode de pluies abondantes au moment du sacrifice.

«Partout où nous creusons nous en trouvons un autre (enfant)», inhumé le visage tourné vers l'océan, a poursuivi le responsable des fouilles. Certains ont encore de la peau, des cheveux, et portent aux oreilles des bijoux en argent.

Huanchaco a été le théâtre de plusieurs sacrifices massifs d'enfants sous l'empire Chimu. Un charnier de 56 enfants avait été exhumé en juin 2018 sur le même site de Pampa la Cruz et un autre de 140 enfants et 200 jeunes lamas avait été découvert en avril de la même année à proximité, sur le site de Huanchaquito. Le magazine National Geographic avait alors souligné le caractère exceptionnel de la découverte. «Huanchaco est définitivement le lieu choisi (par les chimus) pour perpétrer ces sacrifices,» a conclu Feren Castillo.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Matt Russell (à gauche) et Beto O’Rourke.

    Par Pablo Guimón (El País)

    Lena

    L’agriculteur qui murmurait à l’oreille des démocrates américains

  • Cedeno_ElPais

    Par Jacobo García (El País)

    Lena

    D’ici quelques années, les enfants de Cedeño n’auront plus de village

  • Depuis dix-huit mois, William O’Sullivan manifeste tous les dimanches. Comme des milliers d’autres Canadiens, il a été agressé sexuellement par un prêtre dans son enfance. © D.R.

    Par Ludovic Hirtzmann

    Amériques

    Au Canada, les hommes aussi ont leur #MeToo

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. Kim en balade, samedi matin, sur la plage du célèbre Burj Al Arab, l’hôtel aux... 7 étoiles. @News

    Tous les regards sur Kim Clijsters à Dubaï

  3. Tristan Moreau et Nathalie Van Tongelen, au coeur du nouveau spectacle, «
Studio 100 part en live
». © Mathieu Golinvaux

    Studio 100 sort de l’écran pour un nouveau show musical

La chronique
  • Lettre ouverte au Roi: le temps est venu d’être créatif

    Saisissant la perche tendue récemment par David Van Reybrouck, je prends la plume. Le Roi et moi, nous avons un intérêt commun dans le dénouement de la crise politique actuelle. Que serait un Roi sans son royaume ? Que serait une constitutionnaliste sans sa Constitution ? En cas d’éclatement du pays, que deviendront le Roi, sa famille, ses palais et ses yachts ? En tant que constitutionnaliste, que ferai-je de ce know-how constitutionnel local inédit sur BHV, les matières personnalisables et l’autonomie constitutive ? Pas de doute : les constitutionnalistes belges et la famille royale feront le désespoir des bureaux de placement professionnel. De manière à la fois intéressée et désintéressée, je glisse donc au Roi quelques petites recettes.

    Ceci n’est pas une pipe...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: un conseil d’ami, n’essayez plus N-VA et PS

    Mais franchement, qui est surpris ? Koen Geens était bien culotté ce vendredi soir de rejeter la responsabilité de l’échec de sa mission sur Paul Magnette et le PS. Il fallait être Hibernatus ou moine ces derniers mois pour ne pas avoir compris que le PS ne monterait pas dans un gouvernement avec la N-VA. Certains observateurs s’en gaussaient vendredi matin : il n’y avait dans l’interview de Paul Magnette au Soir qu’une confirmation du « jamais avec la N-VA » tant de fois prononcé....

    Lire la suite