Red Flames: Serneels est «curieux» de voir son équipe contre l’Angleterre, demi-finaliste du Mondial

©Photonews
©Photonews

La Belgique affronte ce jeudi à Louvain l’Angleterre, pays hôte du prochain Championnat d’Europe féminin de football et demi-finaliste du récent Mondial en France. « Je suis curieux de voir notre groupe face à une nation si forte », a commenté le sélectionneur des Red Flames Ives Serneels mercredi à Tubize.

Les Red Flames, 19e au classement mondial, se sont retrouvées lundi à Tubize afin de préparer leur début de campagne de qualification à l’Euro 2021 le mardi 3 septembre face à la Croatie (FIFA 55), à Louvain. Ce match sera précédé d’un amical de prestige jeudi, toujours à Louvain, contre l’Angleterre (FIFA 5), hôte de l’Euro et demi-finaliste de la dernière Coupe du monde en France.

« Je suis convaincu que demain (jeudi, ndlr), je pourrai tirer des leçons en vue du match face à la Croatie », a expliqué Serneels. « Je suis curieux de voir l’état de forme de mes joueuses en ce moment. Beaucoup d’entre elles n’ont pas encore joué cette saison. C’est clair qu’il y aura un manque de rythme. Nous avons donc beaucoup travaillé avec le staff physique. L’important c’est d’avoir un groupe de 25 joueuses avec de la fraîcheur et ’fit’ pour mardi. En ce moment, j’ai un noyau tout à fait ’fit’. C’est bien, cela signifie qu’elles ont bien soigné leur corps pendant la trêve. »

Le match contre l’Angleterre constituera une excellente répétition générale avant d’entamer la campagne qualificative contre la Croatie. Un adversaire sur papier abordable. « La Croatie joue demain en Lituanie (en qualification à l’Euro) et arrive vendredi en Belgique. Soit quatre jours avant le match. C’est beaucoup, cela prouve le professionnalisme qui se développe au sein de cette équipe », prévient Serneels. « C’est une formation qui progresse. Nous pouvons gagner, mais au niveau individuel, elles ont des joueuses qui évoluent dans des grands clubs comme la Juventus (la gardienne Doris Bacic) ou Montpellier (la milieu de terrain Ivan Landeka). »

Les Flames ont été versées dans le groupe H avec également la Suisse (FIFA 18), la Roumanie (FIFA 42) et la Lituanie (FIFA 106). Les neuf vainqueurs de groupe et les trois meilleurs deuxièmes se qualifieront directement pour l’Euro. Les six autres deuxièmes joueront un match de barrage pour attribuer les trois derniers tickets. L’Angleterre est qualifiée d’office en tant que pays organisateur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le transport reste le secteur le plus problématique, tirant vers le haut l’évolution des émissions belges de CO
2.

    Climat: les émissions belges de CO2 sont toujours sur la mauvaise pente

  3. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite