Décès à Paris de la chanteuse américaine Nancy Holloway

Décès à Paris de la chanteuse américaine Nancy Holloway

La chanteuse américaine de jazz et de soul Nancy Holloway, installée depuis 1960 en France où elle a connu le succès parmi les idoles yéyé, est décédée mercredi à son domicile parisien, à l’âge de 86 ans, a annoncé à l’AFP son filleul et éditeur.

« Nancy Holloway s’est éteinte ce matin à son domicile. Elle avait quitté la scène en 2008 en raison de problèmes de santé », a précisé Christophe Mouty, devenu son curateur.

De son vrai nom Nancy Brown, Nancy Holloway, née le 11 décembre 1932 à Cleveland (USA), avait repris en français le succès de Dionne Warwick « Don’t Make Me Over », devenu « T’en vas pas comme ça ».

Tombée amoureuse de la France au point de s’y établir définitivement, la chanteuse enchaînera une dizaine de succès dont « Dis-lui que je ne suis pas là » en duo avec Nino Ferrer, « Dernier baiser », « J’ai découvert Paris », « Prends garde à toi »…

En 1961, la plus américaine des yéyés triomphe à l’ABC. Dans la foulée, elle est l’une des principales invitées du premier numéro de l’émission « Âge tendre et tête de bois » d’Albert Raisner.

« Nancy a travaillé avec les plus grands artistes et producteurs internationaux de la musique jazz comme de la variété internationale à l’instar de Sammy Davis Junior, Quincy Jones, et Dizzy Gillespie », a rappelé Christophe Mouty.

Sa vie à Paris

A Paris, à ses débuts, Nancy Holloway s’est produite dans des clubs de jazz dont les célèbres Mars Club et Blue Note, avant de partir en tournée en Allemagne et au Liban.

Repérée par le comédien André Pousse, elle enregistre son premier 45 tours en 1961 (« Le Boogie du bébé ») tout en apparaissant dans des longs métrages dont « Le Gentleman de Cocody » de Christian-Jaque, « Jeux de massacre » d’Alain Jessua et « Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques » de Michel Audiard.

En 1964, Nancy Holloway joue son propre rôle dans « Cherchez l’idole » de Michel Boisrond, partageant l’affiche avec Sylvie Vartan Johnny Hallyday, Charles Aznavour et Eddy Mitchell.

De 2006 à 2008, Nancy Holloway a participé à la tournée événement « Âge tendre et Têtes de bois » avec d’autres idoles yéyé comme Richard Anthony, Demis Roussos et Franck Alamo.

« Je suis la seule responsable de ma carrière en dents de scie. J’ai commis de graves erreurs… J’étais un peu comme une cigale qui chantait en toute insouciance », a-t-elle confié en 1969, année marquée par un drame familial : sa fille âgée de six mois, laissée seule quelques instants, s’est noyée accidentellement dans son bain.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Si ça avait marché avec John Barry, je serais encore là à faire couler son bain et chauffer sa soupe de tortue.
»

    Les Racines élémentaires de Jane Birkin: «J’étais devenue quelqu’un de célèbre sans grand mérite»

  2. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  3. Affublé d’une veste en cuir marron élimée, appuyé à un déambulateur, Harvey Weinstein semble un vieil homme que l’on dirait centenaire, alors qu’il affiche tout juste 67 ans au compteur. © Photo News.

    Il se passe toujours quelque chose au procès de Harvey Weinstein

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite