Angel Madrazo, vainqueur de la première arrivée au sommet du Tour d’Espagne: «Sans l’attaque, je n’aurais pas gagné»

©AFP
©AFP

L’Espagnol Angel Madrazo (Burgos BH) a profité de l’échappée du jour pour s’imposer au terme de la 5e étape du Tour d’Espagne (WorldTour), la première à arriver au sommet, mercredi à Javalambre.

Madrazo, 31 ans, décroche le plus beau succès de sa carrière profitant des circonstances de course. « C’est clair que sans l’attaque du jour, jamais je n’aurais pu gagner une étape de montagne avec une arrivée au sommet », reconnaissait l’Espagnol à l’arrivée, lui qui a devancé son coéquipier, le Néerlandais Jetse Bol et l’Espagnol de l’équipe Cofidis, José Herrada, pourtant favori des trois coureurs échappés depuis le début de l’étape et qui comptaient encore 9 minutes d’avance au pied de la dernière ascension du jour (11,7km).

« Il y a eu beaucoup de changements de rythme dans la montée. Les deux étaient plus forts que moi et j’ai dû lâcher un moment. Mais j’ai réussi à rentrer et j’ai vu que José Herrada flanchait, que Jetse aussi, du coup je suis parti », a ajouté celui qui consolide aussi son maillot de meilleur grimpeur du Tour d’Espagne.

« C’est vraiment un rêve. On a vraiment vécu des moments difficiles avec l’équipe la saison dernière. C’est bien pour l’équipe, elle le mérite », a ajouté l’Espagnol faisant référence à la suspension de son équipe par l’UCI en décembre dernier pour une période allant du 16 janvier au 5 février de toute compétition internationale en raison de trois contrôles positifs au sein du groupe : Iban Salas (passeport biologique), David Belda (EPO) et Igor Merino (hormones de croissance), suspendus tous les trois quatre ans.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  2. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

  3. Les présidents du PS et du SP.A, Paul Magnette et Conner Rousseau, ont pris part aux vœux de leurs partis et réciproquement. © Belga.

    Les familles politiques unies en apparence dans un pays désuni à l’évidence

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite