Ligue des champions: le FC Bruges bat Linz et rejoint Genk en phase de groupes (vidéos)

Le FC Bruges s’est qualifié pour la phase de groupes de la Ligue des champions grâce à son succès 2 buts à 1 sur le LASK, mercredi, au stade Jan Breydel. Le vice-champion de Belgique avait déjà remporté la manche aller 0-1. Hans Vanaken a donné l’avantage aux Brugeois. Klauss a égalisé sur penalty (74e). Le LASK a terminé à 10 suite au deuxième jaune reçu par son capitaine Gernot Trauner. Emmanuel Dennis a mis les Blauw-Zwart à l’abri à la 89e minute.

Contrairement au match aller, le Club de Bruges a immédiatement pris la rencontre à son compte en multipliant les opportunités dans la première demi-heure via Okereke (7e), Openda (9e) et Diatta (23e). À la 26e minute de jeu, les Blauw en Zwart pensaient même faire la différence sur une pichenette parfaite de Ruud Vormer, mais le capitaine néerlandais était finalement sanctionné d’une position de hors-jeu. Malgré une domination et une possession du ballon nettement à son avantage (59 %), le Club ne parvenait pas à faire la différence au terme des 45 premières minutes.

Au retour des vestiaires, Philippe Clement procédait à un premier changement et décidait de faire monter au jeu Percy Tau à la place de Loïs Openda. Quelques instants plus tard, le Sud-africain lançait en profondeur Okereke qui décochait une frappe lourde sur le portier Schlager (48e). À la 54e, Linz se créait sa plus belle possibilité du match sur une sortie approximative hors rectangle de Simon Mignolet. Ranftl profitait de la relance axiale du portier belge pour tenter un lob dans le but vide mais Simon Deli s’interposait de la tête au dernier moment.

Après l’heure de jeu, c’est au tour des Brugeois de s’octroyer une belle occasion mais la tentative de Percy Tau a fini sa course sur le montant autrichien (69e). Dans la foulée le FC Bruges parvenait enfin à débloquer le marquoir sur un coup de coin repris victorieusement de la tête par Hans Vanaken (70e, 1-0), déjà buteur à l’aller. À un quart d’heure du terme, LASK égalisait sur un penalty converti par Joao Klauss (75e, 1-1). Face à une équipe autrichienne réduite à dix à la suite d’un deuxième carton jaune écopé par le capitaine Trauner, les Brugeois scellaient définitivement le résultat de la rencontre sur une contre-attaque conclue à la 89e par Dennis (2-1), monté au jeu quelques minutes plus tôt.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Carolos et Brugeois (ici Dessoleil et Vormer) ne se sont plus affrontés depuis un peu plus d’un an et un succès des Zèbres (0-1, but d’Angella) au Jan Breydelstadion.

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    Bruges au Mambourg, cinq mois plus tard…

  • Ed Woodward et Sir Alex Ferguson.

    Par Rocco Minelli

    Angleterre

    Ed Woodward, le diable de Manchester United

  • @News

    Par François Laurent (avec Ma.St. et VJ)

    Charleroi

    Mata est entré dans une nouvelle dimension

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite