Après 15 jours de traversée, Greta Thunberg arrive à Manhattan (vidéo)

Après 15 jours de traversée de l’Atlantique, la jeune égérie pour le climat Greta Thunberg touchait au but mercredi à bord de son voilier à zéro émission carbone, qui devait accoster à Manhattan vers 15h, heure locale.

La jeune Suédoise de 16 ans, à bord du Malizia II, faisait des signes de la main aux caméras qui suivaient sa progression depuis les abords de Brooklyn, où l’équipage a effectué les formalités de l’immigration américaine, vers la pointe sud de Manhattan, où le bateau devait accoster peu après.

«Terre! Les lumières de Long Island et de New York devant nous», a tweeté la jeune Suédoise de 16 ans tôt mercredi matin, après une traversée qui s’est avérée parfois agitée, surtout à l’approche du continent américain.

Un peu plus tard, elle annonçait que son voilier avait mouillé l’ancre au large de la célèbre plage de Coney Island, à Brooklyn, pour passer les contrôle de l’immigration américaine, et qu’elle accosterait à Manhattan vers 14h45 au plus tôt (18H45 GMT), où elle devait donner une brève conférence de presse.

Dès la fin de la matinée, une vingtaine de militants pour le climat, dont des membres de Greenpeace, et autant de journalistes attendaient déjà, sur un quai à la pointe de Manhattan avec la statue de la Liberté à l’horizon, celle qui est devenue en un an une véritable star.

L’ONU a prévu de l’accueillir avec les honneurs: l’organisation a annoncé qu’une flotille de 17 voiliers — un pour chacun des 17 objectifs du développement durable fixés par l’ONU à l’horizon 2030 — accompagnerait son voilier pour la dernière ligne droite avant son arrivée à Manhattan.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Pour Trump, Twitter et Facebook représentent un combat très personnel.

    Par Christina Brause et Clemens Wergin («Die Welt»)

    Lena

    Le combat mondial pour la domination d’internet

  • Joe Biden et Kamal Harris, un tandem masqué pour les démocrates.

    Par Kessava Packiry

    USA

    Présidentielle aux Etats-Unis: des conventions à l’ombre du coronavirus

  • TRUMPGOLF

    Trump, ou comment diriger un pays depuis son club de golf

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous