Ligue 1: Nice-Marseille interrompu après des banderoles homophobes (photos)

La rencontre Nice-Marseille a été interrompue pour deux banderoles et des chants à caractère homophobe, mercredi à l’Allianz Riviera, en match de la 4e journée de Ligue 1, mercredi, dans un contexte de lutte contre ces comportements en tribunes. La rencontre a repris quelque dix minutes plus tard.

L’arbitre Clément Turpin a interrompu le match à la 28e minute, après plusieurs alertes du speaker. À partir de la 17e minute, les ultras de la Populaire Sud (ex-Brigade Sud), ont commencé à entonner le chant : « Les Marseillais c’est des pé… », suivi de : « La Ligue, on t’enc… »

Le speaker a fait une annonce à la 22e minute : « Nous vous demandons de cesser ces propos injurieux, sans quoi le match sera interrompu ». Il est encore intervenu à la 25e minute, l’arbitre a parlé aux capitaines, Dante (Nice) et Steve Mandanda (Marseille).

Deux banderoles ont par ailleurs été déployées dans les tribunes, sur lesquelles on pouvait lire : « LFP/Instance : des parcages pleins pour des stades plus gay », et « Bienvenue au groupe Ineos (qui vient de racheter le club, ndlr) : à Nice aussi on aime la pédale ! »

Les joueurs ont regagné les vestiaires sous le chant : « La Ligue, on t’enc… ». « On ne va pas arrêter tous les matches parce qu’il y a des débiles », a regretté le milieu niçois Wylan Cyprien sur Canal Plus, tout en condamnant toute discrimination.

Mercredi soir, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) devait juger 18 cas de chants ou banderoles homophobes dans les tribunes de ses championnats professionnels, la L1 et la L2.

Le 16 août, Nancy-Le Mans, en L2, avait été arrêté quelques minutes. L week-end dernier, Brest-Reims et Monaco-Nîmes avaient également été brièvement arrêtés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite