Crise au Venezuela: les Etats-Unis n’entendent pas «punir» Maduro s’il accepte de quitter le pouvoir

Crise au Venezuela: les Etats-Unis n’entendent pas «punir» Maduro s’il accepte de quitter le pouvoir
Reuters

Les Etats-Unis n’ont pas l’intention de « punir » le président vénézuélien Nicolas Maduro s’il accepte de quitter le pouvoir, a déclaré jeudi un émissaire américain, laissant entendre qu’il n’y aurait pas de poursuites américaines.

« Nous n’essayons pas de le poursuivre », a déclaré Elliott Abrams, représentant spécial de la diplomatie américaine pour le Venezuela, à des journalistes à Washington.

« Nous ne sommes pas en quête de punitions ou de vengeance, nous voulons un changement politique », a-t-il insisté. La justice américaine engage régulièrement des poursuites contre des anciens hauts responsables étrangers en cas d’accusations de corruption ou de violation des droits humains.

Une crise économique sans précédent

Les Etats-Unis reprochent à Nicolas Maduro la crise économique sans précédent à laquelle est confronté son pays, et ne reconnaît plus sa légitimité après avoir dénoncé des irrégularités lors des dernières élections.

Depuis le début de l’année, Washington reconnaît l’opposant Juan Guaido comme président par intérim, et multiplie les efforts, à coups de pression diplomatique et de sanctions économiques, pour pousser Nicolas Maduro vers la sortie.

« Je dois reconnaître que je n’ai encore vu aucun signe de la volonté de négocier un tel compromis » en vue du départ du dirigeant socialiste, « ce qui est bien entendu malheureux parce que c’est la seule solution pour le Venezuela », a dit Elliott Abrams.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190524-3U3PUF 2019-05-24 17:33:25

    Vie privée: les internautes ne sont pas prêts à se rebeller

  2. Le gouvernement Michel (la suédoise MR, N-VA, VLD, CD&V) était lourdement déséquilibré entre nord et sud
: les francophones, avec le seul MR, ne disposait que de 20 sièges sur 63.

    Un gouvernement minoritaire au Nord? Ce n’est pas une première

  3. A la veille du match entre l’AS Roma et l’Inter Milan, le journal italien Corriere dello Sport est au cœur d’une polémique avec cette « une ».

    Discriminations: «On ne peut parler de racisme sans parler des blancs»

La chronique
  • Manifestations monstres contre Macron en France: ce qu’il faut oser dire

    Il n’y aura pas eu de chaos. La plupart des trains étaient à l’arrêt ce jeudi et la majorité des écoles, fermées. Mais les Français avaient anticipé ce « black thursday ». Si bien que le « mur du 5 décembre » n’a pas été érigé aussi haut que prévu.

    Emmanuel Macron aurait pourtant tort de considérer la partie gagnée. La mobilisation était très importante dans les manifestations. Et ce n’est que dans les...

    Lire la suite