Accueil Monde Asie-Pacifique

Grande Barrière de corail: les perspectives sont désormais «très mauvaises», selon l’Australie

Dans son rapport quinquennal, l’Autorité du parc marin de la Grande Barrière de corail cite l’élévation de la température de l’océan comme la plus grave menace pour ce site classé au Patrimoine mondial.

Temps de lecture: 2 min

L’Australie a encore dégradé les perspectives pour la Grande Barrière de corail, les considérant désormais comme « très mauvaises » en raison de l’impact de plus en plus grave du réchauffement climatique sur cet écosystème unique.

Dans son rapport quinquennal, l’Autorité du parc marin de la Grande Barrière de corail cite l’élévation de la température de l’océan comme la plus grave menace pour ce site classé au Patrimoine mondial.

Le plus vaste ensemble corallien du monde

« Les impacts graves des températures records à la surface de l’eau font que l’état de l’habitat du récif est passé de mauvais à très mauvais », précise l’Autorité, qui est une agence gouvernementale.

À lire aussi Pourra-t-on sauver la Grande Barrière de Corail?

« Le réchauffement climatique s’aggrave et est la menace la plus grave pour les perspectives à long terme de la région », poursuit-elle.

« Une action mondiale d’envergure pour répondre au réchauffement climatique est capitale pour ralentir la dégradation de l’écosystème et la valeur patrimoniale du récif et aider à son rétablissement. »

Inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1981, la Grande barrière s’étend sur environ 2.300 kilomètres le long de la côte nord-est de l’Australie et constitue le plus vaste ensemble corallien du monde.

L’Autorité de la Grande barrière de corail veut des mesures contre le changement climatique

L’agence précise que le site est confronté à des menaces « multiples, qui s’ajoutent et s’aggravent », en citant notamment les ruissellements agricoles et les ravages provoqués par l’acanthaster pourpre, une étoile de mer dévoreuse de coraux qui a proliféré en raison de la pollution.

« Fenêtre d’opportunité » pour agir

« Nous sommes actuellement dans la fenêtre d’opportunité pour permettre une amélioration à long terme de la Grande Barrière », indique l’agence.

Le gouvernement dit être dans les clous des objectifs fixés par les protocoles internationaux, et notamment l’Accord de Paris, et avance que la totalité des émissions est inférieure à de nombreux pays industrialisés.

L’Australie est un des plus grands émetteurs de gaz à effet de serre per capita.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une